Connectez-vous avec nous

Actu

La leçon de Rebrab : « Nous n’avons pas de pays de rechange »

Publié

le

C’est un homme plein d’ambitions pour l’Algérie qui s’est confié ici. Issad Rebrab rappelle qu' »Nous n’avons jamais cessé d’investir en Algérie… Parce que l’Algérie est un grand pays… Et en tant que patriote c’est mon devoir de créer des emplois et de la richesse pour mon pays ». C’est un discours politique et pratique qu’a délivré le patron de Cevital en marge de l’inauguration avec le président français mercredi de sa future usine dans le département des Ardennes (France)

Il justifie son choix d’investir en France (les Ardennes). « Si on vient investir ici c’est pour chercher un jalon pour le développement économique de notre pays. Avec les problèmes administratifs que nous rencontrons en Algérie, nous avons décidé de sécuriser nos technologies et à produire des modules de monbranes ici en France ». Puis de rassurer : « Mais le plus gros sera produit en Algérie ».

En réalité le magnat de l’industrie algérienne n’en est pas à son premier investissement sur le sol français. En 2013 et 2014, il avait racheté les entreprises Oxxo (fabricant de fenêtres de Saône-et-Loire) et Brandt, spécialisée dans l’électroménager.

Le rachat d’Oxxo permet alors une entrée en matière pour Rebrab, puisqu’un an plus tard, Arnaud Montebourg met l’homme d’affaire algérien sur la reprise de Fagor Brandt. L’Algérien ne rachète finalement que la filiale Brandt et deux ans plus tard, l’entreprise d’électroménager affiche de bons résultats. En 2016, Les Echos publie « Plus petit, Brandt réussit le pari de la relance. » En tout, l’homme d’affaire algérien promet de reprendre 1 225 employés sur les 1 760 qui y travaillaient avant le rachat. Promesse quasi tenue puisque 1 200 d’entre eux officiaient dans l’entreprise en 2016.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Il assassine son collègue pour avoir insulté l’Algérie de Bouteflika !

Publié

le

Lui reprochant d’avoir insulté l’Algérie dirigée par le Président Bouteflika, un ouvrier a frappé à mort son collègue de travail, à Alger.

Drame en Algérie où un ouvrier, âgé de 29 ans, originaire de la wilaya de Chlef, à 200 km au sud-ouest d’Alger, a mis fin aux jours de son collègue de travail. L’information a été rapportée par le journal ObsevAlgerie, qui précise que le meurtrier reprochait à la victime d’avoir insulté l’Algérie devant des travailleurs étrangers.

Les faits remontent au mois de novembre 2017. Lorsque, autour d’une discussion agitée, les deux ouvriers algériens débattaient de la situation de l’Algérie sous le magistère de Bouteflika, en présence de travailleurs palestiniens et africains.

Voyant son collègue critiquer la situation politique et les conditions de vie en Algérie, l’homme a saisi un objet en métal et asséné deux coups mortels sur la tête de la victime.

Lors du procès, l’accusé a avoué les faits qui lui sont reprochés faisant savoir qu’il a agi par amour pour l’Algérie. Toujours selon le site, le mis en cause a été condamné à 18 ans de prison ferme par le tribunal criminel de Dar El Beida. Afrik.com

Continuer la lecture

Actu

Images choc de la maison de vieillesse de Batna

Publié

le

Les images que rapporte El Khabar de cette maison de vieillesse sont insoutenables.

Que font les responsables de maison de vieillesses de Batna ? Ce document est particulièrement accablant. Des personnes âgées abandonnées à leur triste sort.

On y voit des personnes en fauteuil roulant pliées en quatre. Certains sont par terre. Un homme attaché à un radiateur. La saleté partout.

Insoutenable spectacle de la déchéance humaine mais surtout de l’irresponsabilité de la direction de cet établissement.

Continuer la lecture

Actu

Le coup de gueule de Noureddine Bedoui !

Publié

le

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, s’en est pris au maire de la Casbah au cours de l’un de ses sorties de terrain.


Il a ordonné, mardi à Alger, la réouverture des structures publiques fermées à Alger et la récupération des biens des collectivités locales non exploités.

Noureddine Bedoui s’est montré très énervé par l’attitude du président de l’APC de la Casbah, comme le montrent ces images d’Ennahar Tv. La raison ? La fermeture d’une salle qui aurait été inondée.

« M. le président c’est un conseil : vous la réhabilitez cette salle et vous réouvrez immédiatement ».

Le maire baragouine une réponse pour se justifier. Mais Noureddine Bedoui s’énerve et lance : « Vous réhabilitez la salle qui est le bien de la commune ».

M. Bedoui a appelé les élus locaux « à l’application stricte de la politique d’éradication des bidonvilles, en vue de libérer de nouveaux espaces et de les exploiter dans la création de structures de loisirs et de distraction », selon une déclaration reprise par l’APS.

Il a souligné, à cet effet, l’importance du partenariat public-privé pour l’extension du projet d’aménagement de la baie d’Alger, auquel une enveloppe financière de 100 Mds Da a été consacrée, et ce en coordination avec les autres secteurs ministériels.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires