Connectez-vous avec nous

Culture

Les artistes face à la guerre d’Algérie, au Centre culturel algérien de Paris

Publié

le

Le Centre culturel algérien, en partenariat avec l’association Art et mémoire au Maghreb, présente, du 21 septembre au 10 novembre 2018, une exposition qui commémore la parution en 1958 de « La Question » d’Henri Alleg et rend hommage aux anticolonialistes qui se sont battus pour l’indépendance de l’Algérie. Textes et œuvres de l’époque dialoguent avec des créations plus récentes qui font retour sur cette page obscure et occultée de l’Histoire. Une conférence organisée dans le cadre de cette exposition donne l’occasion à Nils Anderson, l’éditeur de « La Question » en Suisse après sa censure en France, d’apporter son témoignage.

L’Algérie pour mémoire.
Témoignages autour de La Question 1958-2018

Du 22 septembre au 10 novembre

La Question d’Henri Alleg est un de ces éclats de conscience qui nous interpellent comme autant de jalons suppléant le déni ou l’oubli et exigeant une mise à jour critique et partagée.

Le Centre culturel algérien, en partenariat avec l’association Art et mémoire au Maghreb, propose du 21 septembre au 10 novembre 2018 une exposition et des manifestations pour commémorer la parution en 1958 de La Question, récit sobre et bouleversant du journaliste et militant communiste Henri Alleg, qui retrace les terribles moments qu’il a vécus sous la torture.

Ce texte, qu’il réussit à faire sortir de prison, eut un immense retentissement en révélant l’usage systématique de la torture exercée par la France coloniale et son armée, au mépris des règles de l’Etat de droit, contre les Algériens engagés dans la lutte pour l’Indépendance.

En même temps l’exposition veut rendre hommage aux anticolonialistes, hommes et femmes, qui comme Henri Alleg et Maurice Audin, se sont battus pour l’Indépendance de l’Algérie. Depuis cette période de guerre jusqu’à nos jours, des intellectuels et des artistes lucides et vigilants ont témoigné contre les désastres que porte en elle la guerre coloniale. Dans l’exposition, textes et œuvres de l’époque dialogueront avec des créations plus récentes qui depuis font inlassablement retour sur cette part obscure et occultée de l’Histoire. Ces éclats de conscience nous interpellent comme autant de jalons suppléant le déni ou l’oubli et exigeant une mise à jour critique et partagée.

Œuvres de Aksouh, Myriam Ben, Benanteur, Ammar Bouras, Boutadjine, Cremonini, Dalila Dalléas-Bouzar, Erro, Gasquet, Gérard Gosselin, Guttuso, Djilali Kadid, Lapoujade, Jean-Jacques Lebel, André Masson, Matta, Choukri Mesli, Mireille Miailhe, Christine Peyret, Ernest Pignon-Ernest, Mustapha Sedjal, Boris Taslitzky, Kamel Yahiaoui.

Poésies de Djamal Amrani, Djamila Amrane, Mohamed Dib, Leila Djabali, Assia Djebar, Anna Greki, Malek Haddad, Bachir Hadj-Ali, Henri Kréa, Jean Sénac, Nordine Tidafi, Kateb Yacine, Zhor Zerari…

Documents et éditions originales : La Question (éditions de Minuit, éditions La Cité-Lausanne, éditions étrangères), L’Affaire Audin (éditions de Minuit), La gangrène (éditions de Minuit), Pour Djamila Bouhired (éditions de Minuit), Djamila Boupacha (Gallimard), Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie dit Manifeste des 121, etc. (histoirecoloniale.net)

Commissariat : Anissa Bouayed et Amina Far.

Adresse du Centre Culturel Algérien
171, rue de la Croix-Nivert
75015 Paris France
Tél. : 01 45 54 95 31

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x