Connectez-vous avec nous

Mémoire

Kaïd Ahmed et Bouteflika parlent de la destitution de Ben Bella

Publié

le

Au lendemain du coup d’Etat du 19 juin 1965, Kaïd Ahmed, comme bon nombre des putschistes, justifie ce coup de force. Le commandant Slimane parle d’un Ben Bella qui « a bouffé tout le monde ».

Boumediene-Bouteflika et quelques autres membres du clan d’Oujda prennent de court Ben Bella qu’ils ont mis au pouvoir en août 1962. Ben Bella venait de signer un cessez-le-feu avec le FFS et avait commencé à isoler le clan d’Oujda. Mais c’était mal connaître Bouteflika, Boumediene et les autres. Ils voyaient bien que l’étau se resserrait sur eux. Alors ils sont passés à l’acte.

Abdelaziz Bouteflika, à l’époque fringant ministre des Affaires étrangères, botte en touche quand le journaliste parle de putsch. Invoquant l’armée nationale populaire et sa profondeur sociale, le ministre roule dans la farine sa réponse pour tromper l’opinion de l’époque. 3nous sortons des entrailles de ce peuple, le terme putsch est tout à fait impropre parce que la révolution continue », justifie-t-il. Allant même à assurer que la conférence des non-alliés que devrait organiser l’Algérie allait être organisée fin juin.

A la charge de Bouteflika, quelques jours seulement plus tard, tous les chefs de l’Etat renoncent à participer à cette conférence.

 

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

Un soldat français parle d’Abane Ramdane

Publié

le

L’architecte de la révolution algérienne, Abane Ramdane, continue à faire parler de lui en France.

Un ancien soldat de l’armée française durant la guerre de libération a longuement parlé de lui, dans une émission diffusée par France 5.

Abane Ramdane a fasciné l’ennemi mais il demeure presque inconnu chez lui en Algérie. La nouvelle génération, même les universitaire, ignore même son existence.

Belaid Abane, qui a consacré de nombreux ouvrages à Abane Ramdane et la révolution algérienne, vient de publier tout un livre sur la liquidation physique d’Abane Ramdane.

Un Soldat Français Parle De Abbane Ramdane

Publiée par Mourad Idri sur Samedi 17 février 2018
Continuer la lecture

Mémoire

Ecoutons la dernière fois que Bouteflika a parlé !!!

Publié

le

Depuis son AVC survenu le 27 avril 2013, le président Bouteflika ne parle plus en public.

Après plus de 80 jours passé à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce en France, il est revenu en Algérie. Grabataire, presque aphone, puisque ne s’adressant plus aux Algériens que par de mystérieux communiqués qui portent sa signature, il continue à se maintenir au pouvoir grâce à ses deux frères mais aussi et surtout à Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense qui lui doit tout ainsi qu’à une cour de serviteurs dont la seule obsession est de rester au pouvoir.

Dans les images que nous publions et qui sont montées par TF1, on entend à peine Bouteflika prononcer quelques bribes de phrases.

Mais cela semble suffir amplement aux yeux de Farouk Ksentini et de tous ses pairs pour demeurer président de la République

Continuer la lecture

Mémoire

Quand Bouteflika parlait de la capacité physique pour devenir président

Publié

le

Il y a exactement vingt ans, en 1999, lorsque Abdelaziz Bouteflika entamait son premier mandat, une journaliste française lui avait posé une question sur sa crédibilité en tant que président mal élu suite au retrait des six autres candidats en lice pour la présidentielle.

A l’époque Abdelaziz Bouteflika se portait comme un charme. Sûr de ses capacités, Abdelaziz Bouteflika avait répondu avec énergie qu’un candidat n’a pas le droit de se retirer qu’en cas « incapacité physique ».

20 ans plus tard, en 2019, ce même Abdelaziz Bouteflika se présente pour briguer son cinquième mandat alors qu’il est incapable même de prononcer une phrase pour annoncer sa candidature !

Il y a des leçons que l’histoire administre à l’homme que Bouteflika devrait retenir.

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires