Connectez-vous avec nous

Mémoire

Kaïd Ahmed et Bouteflika parlent de la destitution de Ben Bella

Publié

le

Au lendemain du coup d’Etat du 19 juin 1965, Kaïd Ahmed, comme bon nombre des putschistes, justifie ce coup de force. Le commandant Slimane parle d’un Ben Bella qui « a bouffé tout le monde ».

Boumediene-Bouteflika et quelques autres membres du clan d’Oujda prennent de court Ben Bella qu’ils ont mis au pouvoir en août 1962. Ben Bella venait de signer un cessez-le-feu avec le FFS et avait commencé à isoler le clan d’Oujda. Mais c’était mal connaître Bouteflika, Boumediene et les autres. Ils voyaient bien que l’étau se resserrait sur eux. Alors ils sont passés à l’acte.

Abdelaziz Bouteflika, à l’époque fringant ministre des Affaires étrangères, botte en touche quand le journaliste parle de putsch. Invoquant l’armée nationale populaire et sa profondeur sociale, le ministre roule dans la farine sa réponse pour tromper l’opinion de l’époque. 3nous sortons des entrailles de ce peuple, le terme putsch est tout à fait impropre parce que la révolution continue », justifie-t-il. Allant même à assurer que la conférence des non-alliés que devrait organiser l’Algérie allait être organisée fin juin.

A la charge de Bouteflika, quelques jours seulement plus tard, tous les chefs de l’Etat renoncent à participer à cette conférence.

 

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x