Connectez-vous avec nous

Musique

Des chansons rares de Cherif Kheddam

Publié

le

L’immense Chérif Kheddam a laissé un patrimoine musical extraordinaire. L’enfant de Boumessaoud passé d’abord par une zaouïa a fait du chemin. Parti en France, il devient ouvrier et suit en même temps des cours de musique après la sortie d’usine. Sa voie est tracée.

Très vite les premiers disques sont enregistrés. Il a été découvert dès son premier enregistrement, Yellis etmourth-iw (Fille de mon pays), puis recommandé à la maison de production Pathé-Marconi où il fait la rencontre d’Ahmed Hachelef, directeur artistique en charge du catalogue arabe. P

Perfectionniste en diable, Chérif Kheddam se met à l’apprentissage du solfège et de l’harmonie, il apprend à noter ses mélodies et s’initie auprès de Mohamed el Jamoussi, aux modes de la musique arabe. Sa dernière apparition a eu lieu à Paris remonte à 1997. Il avait chanté en compagnie d’un orchestre international dirigé par le maître Amine Kouidri. Chérif Kheddam fêtait au Palais des Congrès ses 40 ans de carrière. Il était aussi entouré des grands noms de la chanson kabyle. Il fera un second concert à Alger de grande qualité également.

Cherif Kheddam est décédé le 23 janvier 2012, à Paris, à l’âge de 85 ans. La levée du corps à Paris a eu lieu, le 26, en présence d’une foule nombreuse venue lui rendre un dernier hommage. L’artiste a été inhumé, le lendemain, dans son village natal de Boumessaoud dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires