Connectez-vous avec nous

Actu

Des Bougiotes rendent hommage à la victime des parkingueurs d’Aokas

Publié

le

Le mercredi 1er août, à Aokas, Zoubir Aïssa, natif d’Oued Souf et âgé de 36 ans est venu passer ses vacances à Bejaia. Il a été tabassé par des « parkingueurs parce que refusant de payer 200 dinars de place de stationnement. La scène qui s’est déroulée sous le regard désespéré de sa famille, était d’une violence inouïe. Elle a eu lieu une aire vague aménagée pour le stationnement de véhicules à Lotta, dans la commune d’Aokas.

Zoubir Aïssa a été ensuite violemment tabassé par ces « gardiens » du parking qui lui ont asséné, avec bâtons et autres armes blanches, plusieurs coups sur la tête, le dos et le thorax.

Il succombera à ses blessures à l’hôpital Khelil Amrane de Béjaïa. Cet ignoble assassinat a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux notamment. Des citoyens de Bejaia ont d’ailleurs rendu hommage à cette jeune victime en déposant une gerbe de fleurs sur le lieu où a eu lieu l’agression.

Au-delà cet acte, la question de ces autoproclamés gardiens de places de stationnement se pose avec acuité sur l’ensemble du pays. Pourquoi les autorités ferment les yeux sur ces individus qui rançonnent en plein jour d’honnête citoyen sans que la police n’intervienne ?

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Une fillette donne une pièce à un musicien, mais ne s’attend pas à…

Publié

le

Magie des rencontres, au hasard de balades urbaines. La musique prend toute sa dimension quand une enfant tend une pièce à un artiste dans la rue.

La vidéo est, certes, ancienne mais la prestation mérite qu’on s’y attarde dans ce monde fou. A écouter et à voir jusqu’à la fin…

Continuer la lecture

Actu

Les étudiants investissent la réunion du panel

Publié

le

De nombreux étudiants ont investi aujourd’hui samedi 17 août 2019  le Centre culturel sis sur la rue Larbi Ben M’hidi à Alger, où devait se dérouler l’installation du « comité de sages ».

Pour la première fois, Karim Younès, coordinateur du panel, est confronté à des activistes du Mouvement de dissidence citoyenne. Un des étudiants l’interpelle pour savoir sa position sur le gouvernement. Le coordinateur d’abord interloqué, se ressaisi pour répondre laborieusement entouré des caciques du régime venus composer le « comité des sages ».

Ces étudiants, qui prennent part chaque mardi à la marche de leurs camarades à Alger, ont surpris les personnalités de ce panel en occupant la scène tout en scandant “pas de dialogue avec la bande”. 

Les étudiants protestataires ont déclaré que Bensalah et son gouvernement sont illégitimes. « Ils ne nous représentent pas », disent-ils. affirmé que les syndicats des étudiants “ne les représentaient pas”. 

Pour sa part, Ennahar Tv s’est employée très rapidement à mentir à ses téléspectateurs en soutenant que les étudiants en question sont des membres du RAJ, alors que selon plusieurs témoins, le RAJ n’a rien à voir dans cette opération.

Dès le matin, les étudiants s’étaient rassemblés à l’entrée du centre culturel, en réponse à un appel à manifester lancé à l’université Alger 1. « Le Panel du dialogue que le peuple refuse a prévu de rencontrer un syndicat estudiantin “cachiriste” appelé UGEL, afin que ce dernier représente les étudiants et donc de légitimer ce dialogue”, pouvait-on lire sur cet appel sur Facebook.

Continuer la lecture

Actu

« D’Imazighen zkara f el Gaïd » crient les manifestants

Publié

le

Impressionnants et géniaux manifestants qui se renouvellent à chaque vendredi.

Six mois de manifestations n’ont pas usé les millions d’Algériens. bien au contraire. Tous ceux qui ont participé et vu les marches de ce vendredi ont remarqué la grande détermination des manifestants.

Cette foi inébranlable daller de lavant. Car au fond ils savent que reculer c’est laisser passer une chance unique de dégager le système de prédation et de mensonge qui gangrène l’Algérie.

Cette vidéo captée ce vendredi 16 août est un pied de nez à Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense, qui a déclaré l’interdiction de l’emblème amazigh.

Nous vous proposons aussi dans la foulée un autre slogan entendu ce vendredi qui vise aussi le général-major Gaïd Salah, le président de fait, depuis mars dernier. Décidément, le vieux général inspire les Algériens…

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires