Connectez-vous avec nous

Actu

Gasba et bendir à Khenchela, le chant du pays profond

Publié

le

Rehaba ou troubadours populaire… les amuseurs sont l’âme de ce peuple amazighs des plaines et des montagnes.

Dans le Grand Aurès, Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi Irhaben font un retour en force que les mélomanes et les inconditionnels de la chanson chaouie (berbérophone s’entend) essayent d’expliquer et lui trouvent plusieurs raisons.

Comme dans d’autres régions qui connaissent une replongée dans les sources, le retour d’Irhaben était prévisible dans le pays chaoui. Ce peuple amazigh a sans doute besoin de replonger dans ses sources pour se redresser devant l’ignominie et la déliquescence qui gagne le pays.

Rappelons toutefois que quelques chaouis ont connu un succès international comme l’immortel Aïssa El Jermouni et Ali Khencheli, au  début des années 1940. Aujourd’hui une nouvelle génération de talents chaoui a vu le jour : Makunda, Massinissa,…

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x