Connectez-vous avec nous

Mémoire

Quand Valéry Giscard d’Estaing tressait des lauriers à Houari Boumediene

Publié

le

Dans ce long entretien diffusé par la chaîne parlementaire LCP, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing a rappelé entre autres ses relations avec Houari Boumediene. Il a rappelé avec une certaine malice qu’il a été le premier président de la République française à se rendre dans l’Algérie indépendante. « Je me suis dit que j’allais reprendre le message du général de Gaulle, c’est-à-dire que nous étions indépendants, qu’ils (les Algériens, ndlr) l’étaient aussi, que ce qui s’était passé était derrière nous et qu’il fallait que nous l’oubliions. Nous étions deux nations indépendantes qui défendions des intérêts, mais qui pouvions établir des relations normales », a déclaré VGE.

Pour Frédéric Mitterrand qui posait les questions à l’ancien président «Boumediene était différent des autres», il «parlait peu français», et «il avait un physique austère»,, à ces constats, Giscard d’Estaing a estimé que Boumediene «c’était contemporain».

Ajoutant qu’il voyait en l’ancien putschiste avait son opinion sur le passé. Pour Boumediene, suggère VGE «c’est comme ça que cela devait se passer, c’est-à-dire des gens qui savent qu’il y a des souvenirs naturellement difficiles, voire même très douloureux, mais qui se respectent et qui se conduisent en conséquence ».

Giscard d’Estaing a souligné que son homologue algérien était «chaleureux et très correct -…) Plutôt que l’hypocrisie d’une façon générale, j’aime assez ce qui est correct». Puis de rappeler ses derniers jours : « Il (Boumediene, ndlr) est tombé malade et il est parti se faire soigner à Moscou. Pourquoi, je n’en sais rien. Je ne savais pas quelle était sa maladie (…) Il faisait ses trajets en avion militaire algérien » Et s’interroge : « Je ne sais pas pourquoi il avait choisi un trajet qui le faisait passer au-dessus de la Corse ? ».

Amène il ajoute : « Nous [leur] avons envoyé un message, alors, à ce moment-là, Boumediene m’a adressé un message remarquable, extraordinairement chaleureux ».

Il a enfin rappelé que les relations algéro-françaises étaient au beau fixe. Valéry Giscard d’Estaing considère la mort prématurée de Boumedien comme « une occasion perdue ».

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x