Connectez-vous avec nous

Mémoire

Tahar Djaout, une plume brisée !

Publié

le

L’immense Tahar Djaout est très tôt parti. Il a été assassiné au moment où il pouvait être un repère, une voix qui explique, fait comprendre. Journaliste, poète et écrivain, Tahar Djaout a été assassiné par un groupe armé le 26 mai 1993 alors qu’il sortait de chez lui à Baïnem. Il était notamment le directeur de l’hebdomadaire Ruptures qui ne lui survivra pas d’ailleurs.

Ses romans (L’Exproprié, Les Chercheurs d’os, 1984, Les Rets de l’oiseleur, L’Invention du désert, Les vigiles 1991 et Le Dernier été de la raison: posthume) se caractérisent par une écriture toute empreinte d’originalité, avec la recherche d’un espace de pureté et de causticité. Son livre d’entretiens avec Mouloud Mammeri reste un modèle du genre

Il repose désormais en son village d’Oulkhou, dans la commune d’Aghribs en Kabylie maritime.

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
MAAMERI
1 année plus tôt

 Tahar Djaout : l’éclat de la ténuité littéraire d’un écrivain  Par Mokrane Maameri : juriste, poète-écrivain et chroniqueur littéraire L’oeuvre de Tahar Djaout s’inscrit dans un cadre particulier et se distingue par le style, le langage et la construction de l’histoire à raconter. Il avait mis en avant le social, la condition de la femme et s’attaque dénonçant davantage le politique, le religieux, le militaire. Il était de ce point de vue, l’espoir et le porte-parole incontestable de la nouvelle littérature algérienne d’expression française. C’est, sous cette pulsion de vagues de violences que Tahar Djaout interroge la littérature ; il cherche à sensibiliser… Lire plus »

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x