Connectez-vous avec nous

Société

Choc : des policiers américains s’acharnent sur une jeune femme

Publié

le

La scène est hallucinante !  Sur une plage du New Jersey, une jeune femme suspectée par des policiers d’avoir consommé une bière malgré un test d’alcoolémie négatif, leur a lancé : «Vous n’avez rien de mieux à faire ?» Après l’avoir frappée à la tête, les agents l’ont menottée.

Cela s’est passé le 26 mai, sur une jolie plage ensoleillée du New Jersey aux Etats-Unis. Baigneurs et familles prenaient un bain de soleil. Quand quand soudain une jeune fille est tirée de sa torpeur par des hurlements et a le réflexe de filmer. Sa voisine de serviette, une jeune femme brune en short, se fait administrer des coups de poing dans la tempe par des policiers qui l’interpellent.

Sur la vidéo, on entend la jeune femme crier : «Vous n’avez pas le droit de me taper comme cela, de m’étouffer» et «Je ne résiste pas, je n’ai rien fait de mal». La mère de famille en question, s’appelle Emily Weinman, elle 20 ans, se trouvait avec son bébé, son compagnon et un ami, sur la plage ce jour-là. Ils avaient apporté des bières. Or, consommer de l’alcool est un délit pour les jeunes de moins de 21 ans, mineurs aux Etats-Unis… Mais il s’est avérée que la jeune femme n’avait pas consommé d’alcool.

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Société

Affaire de l’autoroute est-ouest : la Cour suprême ordonne son réexamen

Publié

le

 La Cour suprême a ordonné le réexamen de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Des peines de prison allant de un (1) an avec sursis à 20 ans de réclusion ainsi que trois acquittements ont été prononcées en mai 2015 contre 23 personnes morales et physiques impliquées dans cette affaire de corruption, dont le procès s’est déroulé au tribunal criminel d’Alger.

Quinze (15) personnes et 7 entreprises étrangères étaient impliquées dans cette affaire dont le procès a été tenu après deux reports et une tentative de la défense de le requalifier, en 2014, en correctionnelle. Une demande rejetée par la Cour suprême qui a confirmé que cette affaire devait être traitée par le tribunal criminel d’Alger.

Une amende de 5 millions de DA a été infligée à chacune des 7 entreprises étrangères impliquées dans cette affaire: Citic Crcc (Chine), Cojaal (Japon), Pizarroti et Caraventa (Suisse), Isolux Corsan (Espagne), SMIN (Canada) et COBA du Portugal.

Une peine de 20 ans de réclusion a été prononcée par contumace à l`encontre de Kouidri Tayeb (en fuite) à la fin du procès.

Une peine de 10 ans assortie d’une amende de 3 millions de DA ont été prononcées contre le principal accusé, Chani Medjdoub (conseiller de Citic Crcc) pour corruption et blanchiment d’argent.

Une peine de prison ferme de 10 ans et une amende de 3 millions de DA ont été également prononcées contre Khelladi Mohamed (directeur des nouveaux programmes de l’Agence nationale des autoroutes) pour trafic d’influence, corruption perception de présents injustifiés et dilapidation de deniers publics.

Par ailleurs, Hamdane Rachid Salim (ex-directeur de la planification au ministère des travaux publics) a été condamné à 7 ans de réclusion et un million de DA d’amende pour trafic d’influence, abus de fonction, perception de présents injustifiés et blanchiment d’argent.

La même peine (7 ans) de réclusion et 3 millions de DA d’amende ont été infligées à Adou Tadj Eddine, homme d’affaires pour trafic d’influence, abus de fonction, blanchiment d’argent et corruption.

L’ancien SG du ministère des travaux publics Bouchama Mohamed a été acquitté, ainsi que Allab El Khier, investisseur, et Ferrachi Belkacem, ex-cadre au ministère des Transports.

Adou Sid Ahmed a été condamné à 3 ans de prison dont 1 année ferme pour trafic d’influence, blanchiment d’argent et corruption.

Trois ans de réclusion criminelle et 500.000 DA d’amende ont été prononcées contre Ouezane Mohamed, dit Colonel Khaled, fonctionnaire au ministère de la Justice pour trafic d`influence, abus de fonction, perception de présents injustifiéset corruption.

Ghazali Ahmed Rafik, ex-directeur des études à l’Agence nationale des autoroutes (ANA) a été de son côté condamné à une année de prison avec sursis pour trafic d’influence, abus de fonction, perception de présents injustifiés et corruption.

Les trois sœurs Ghrieb ont été condamnées à une année de prison avec sursis et une amende de 500.000 DA pour complicité dans le blanchiment d’argent.

Les frères Bouznacha ont été quant à eux condamnés à un an de prison avec sursis pour violation de la législation relative aux changes.

Le tribunal criminel d`Alger a par ailleurs ordonné la saisie de tous les biens mobiliers, immobiliers et comptes bancaires de Chani Medjdoub et Khelladi Mohamed.

Plusieurs ministres ont été cités, dans cette affaire, dont l’ancien ministre des transports et des travaux publics, Amar Ghoul. Ce dernier qui était ministre des transports au moment de l’ouverture du procès, a répondu par écrit à des questions que lui avait transmis le président du tribunal.

En 2006, le marché de réalisation de l`autoroute Est-ouest a été attribué au groupe chinois Citic-Crcc, avec un coût de 6 milliards de dollars. Mais, de réévaluation en réévaluation, le projet a coûté 13 milliards de dollars, selon le ministre des travaux publics, Abdelkader Kadi. APS

Continuer la lecture

Actu

Grève victorieuse des travailleurs de l’Etusa

Publié

le

C’est inopinément que les travailleurs de la compagnie de transport en commun Etusa ont débrayé le lundi 10 juin. Les grévistes revendiquaient une hausse de leurs salaires.

Au niveau des stations, les bus étaient à l’arrêt. « Nous sommes en grève, a lancé un chef de poste exerçant au niveau de la station du 1er-Mai, nous ne reprendrons le travail que lorsque nos salaires seront revalorisés. »

La direction de l’Etusa a reconnu que le mouvement de protestation a été massivement suivi à travers toute la wilaya. Selon le chargé de communication de l’établissement, Hassen Abbés, le taux de suivi du débrayage est de 100%. « C’est une grève lancée d’une manière spontanée sans même avertir la tutelle, d’ailleurs nous avons été surpris », a-t-il déclaré avant de préciser que tout le réseau est paralysé. Selon lui, tous les agents d’exécution ont répondu favorablement à l’appel de grève lancée par le syndicat de l’entreprise.

« Les protestataires revendiquent une augmentation des salaires allant de 4000 à 7000 DA », a-t-il ajouté, précisant que la grève est illimitée. Selon ce qui a été affiché au niveau des unités, le syndicat a décrété une grève ouverte jusqu’à la satisfaction totale de la plateforme de revendications.

Pour les travailleurs, l’Etusa est un bastion. Les mouvements et les actions des travailleurs dans l’entreprise sont souvent annonciateurs d’autres mouvements dans d’autres entreprises et zones industriels.

En 1974, se sont les travailleurs de l’Etusa qui ont porté une première griffe « au consensus national », marque de fabrique du bonaparte Houari Boumediène. Les travailleurs l’avaient contraint à se rendre dans l’entrepôt de Bouzaréah pour négocier lui-même la reprise.

L’importance de ce mouvement n’a bien sûr pas échappé au pouvoir qui a intimé l’ordre aux responsables de l’entreprise de lâcher du lest et de négocier. Résultat : les revendications ont été satisfaites en moins de 24 heures de grève : application sans tarder de la convention collective et une augmentation salariale de près de 30%.

Article paru dans Minbar El Oummel (N°22), une publication du Comité d’organisation des socialistes internationalistes (COSI).

Continuer la lecture

Société

Tahkout : « Je suis un fan d’El Harrach ! »

Publié

le

Les Algériens ne manquent pas d’humour sur la toile suite aux arrestations en série des hauts dignitaires du régime, qui étaient dans un passé récent « les Dieux de l’Algérie ». La blague la plus répandue ces derniers temps est celle qui parle de la signature d’Ouyahia, Tahkout, Benyounès et autres au club de foot d’El Harrach !

Chacun va de son humour pour égayer la galerie. Certains ont fini par trouver une ancienne vidéo de l’homme d’affaire Mahiedine Tahkout, ironie de l’histoire, où il a annoncé à la presse qu' »il est un fan du l’USM El Harrach, qui est le club de son cœur ». « Tahkout vient de réaliser son rêve en signant pour El Harrach », ironise un internaute.

Par ailleurs, les Algériens sont conscients que ces arrestations ne sont pas l’oeuvre d’une justice fiable et indépendante. Ils sont pour le jugement des décideurs corrompus, mais loin de tout esprit de revanche ou de règlement de compte et bien sûr après l’installation d’une justice véritablement indépendante. (voir la vidéo)

Abdenour Igoudjil

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires