Connectez-vous avec nous

Société

Une passerelle s’est effondrée sur l’autoroute Est-Ouest

Publié

le

Une passerelle pour piétons, s’est effondrée sur l’autoroute Est-Ouest, ce dimanche 25 mars à midi, au niveau de la ville de Khmis El Khechna, Wilaya de Boumerdes, provoquent le décès de deux personnes, qui se trouvaient dans un minibus Toyota, de transport des voyageurs.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Société

Le cercle Saint-Augustin des associations lancé à Paris

Publié

le

Le Cercle Saint-Augustin du mouvement associatif algérien en France a été lancé samedi à Paris dans le cadre d’une rencontre à l’ambassade d’Algérie en France.

C’est le troisième cercle, après ceux du monde universitaire et des startups, que l’ambassade d’Algérie en France a voulu un cadre de réflexion, d’échange et de regroupement dans le but d’établir des passerelles entre les membres de la communauté algérienne actifs et leur pays d’origine.

La rencontre, qui a été présidée par l’ambassadeur d’Algérie, Abdelkader Mesdoua, a regroupé environ 70 associations venues de plusieurs régions de France, dont l’Ile-de-France, la Normandie, l’Occitanie, Rhône-Alpes et du Grand Est, malgré la mobilisation du mouvement des « gilets jaunes ».

Après avoir expliqué l’objectif de la rencontre, l’ambassadeur a rappelé aux présents, tous responsables d’associations de droit français, que le Cercle Saint-Augustin est une initiative qui vise essentiellement de reconstruire la communauté algérienne établie en France, de l’aider à mettre en place leurs réseaux et d’établir des passerelles avec l’Algérie qui a « tant besoin » de ses enfants pour consolider et booster son développement.

Au cours des débats, les responsables des associations ont expliqué, chacun pour sa part, leurs activités et les difficultés rencontrées sur le terrain, exprimant leur volonté d’élargir leurs activités en Algérie, notamment dans les domaines de la formation, du bénévolat, du soutien aux malades et du désenclavement des localités algériennes (éco-tourisme).

Pour la question de la mémoire algérienne en France, la rencontre a offert aux présents l’opportunité de se connaître en vue de s’organiser pour mettre la pression, dans les futures mobilisations, sur les autorités françaises afin qu’elles reconnaissent les crimes coloniaux, dont notamment les massacres du 8 mai 1945 et ceux du 17 octobre 1961.


Certaines associations ont demandé, dans ce cadre, le concours de l’ambassade pour jouer un rôle de facilitateur avec les autorités des localités françaises dans le cadre des commémorations des événements liés à l’histoire commune entre l’Algérie et la France.

Des responsables ont même noté que des élus, notamment de la droite et de l’extrême droite, demeurent « hostiles » à ces genres de commémorations ou aux projets de baptiser des places et rues au nom de ses massacres.

D’autres n’ont pas manqué de souligner qu’ils que sentent « isolés », déplorant « le manque de cohésion et l’absence de lobbying » auprès des institutions françaises, en dépit du nombre considérable des membres de la communauté algérienne et de son importance en France. Ils ont indiqué, dans ce contexte, qu’ils n’arrivent pas à « unifier » leurs actions à l’instar des autres communautés en France.

Inquiets de l’avenir de leurs enfants par rapport aux questions identitaires, certains ont évoqué la difficulté d’assurer en France l’enseignement des langues arabe et tamazight. A cet effet, l’ambassadeur a indiqué que l’Algérie a consenti un « énorme effort » en prenant en charge 305 enseignants pour l’apprentissage de ces langues à plus de 270.000 enfants de la communauté.

Par ailleurs, dans ses différentes interventions, Abdelkader Mesdoua a rappelé l’engagement de l’Etat algérien et des plus hautes autorités envers la communauté algérienne à l’étranger, citant les mesures du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, concernant les possibilités d’acquérir des logements et d’investir ou de créer des entreprises en Algérie.


C’est dans ce sens, a-t-il insisté, que ces rencontres « nous offrent l’opportunité de voir avec vous comment rayonner l’Algérie en France et dans votre pays d’origine », soulignant par ailleurs que « les relations algéro-françaises, contrairement à ce qui se dit ici et là, sont très bonnes et il y a une concertation politique et économique.

Ce qui ne nous empêche pas, par ailleurs, d’inscrire la question des visas parmi nos priorités, aux côtés des intérêts de notre communauté », a-t-il souligné. A cet effet, il a réaffirmé aux responsables des associations la disponibilité de l’ambassade de les accompagner dans des projets concrets qu’ils veulent réaliser en Algérie.

A la fin de la rencontre, l’ambassadeur a annoncé le lancement prochain d’une caravane culturelle qui va sillonner les villes des circonscriptions des cinq consulats généraux d’Algérie en France (Paris, Lille, Strasbourg, Lyon et Marseille).

Il a indiqué également que l’Institut du monde arabe va organiser une exposition sur le monde arabe et le football et que l’Algérie sera à l’honneur par l’équipe historique du FLN et celle de 1982 qui avait donné lieu à un changement des règlements de la FIFA dans la programmation du déroulement de la coupe du Monde de football. APS

Continuer la lecture

Société

Baisse du nombre de visas aux Algériens: le consul général de France nie et répond à la polémique

Publié

le

Le consul général de France à Alger a expliqué les causes ayant engendré la chute d’environ 30% par rapport à 2017 du nombre de visas accordés aux Algériens en 2018. Il nie catégoriquement l’existence de toute politique de restriction les concernant.

Le nombre de visas délivrés aux Algériens au cours de l’année 2018 a baissé d’environ 30% par rapport à 2017. Dans le même temps, le nombre de visas délivrés aux Marocains et Tunisiens a augmenté, selon les statistiques publiées par le ministère français de l’Intérieur.

Réagissant aux commentaires parus dans la presse algérienne suite à la publication de ce rapport du ministère, Marc Sedille, le consul général de France à Alger, a expliqué dans un entretien accordé au site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA) les raisons de cette baisse.

Tout en indiquant que le taux de refus avait atteint 48% des demandes déposées au niveau des trois consulats de France en Algérie (Alger, Oran et Annaba), le diplomate a affirmé qu’«il n’y a pas de quota de visas pour les Algériens».

Selon lui, deux raisons sont à l’origine de la baisse du nombre de visas délivrés aux ressortissants algériens.

La première est d’ordre logistique. Elle tient au fait du changement du prestataire, en passant de TLS à VFS, durant les premiers mois de l’année 2018, et à l’arrivée, de la plateforme gouvernementale France-visas. «Il y a eu le changement de prestataire au début de l’année. On s’était arrêté quasiment pendant un mois et il y avait beaucoup de tension pour la prise de rendez-vous à cette époque.

Il y a eu une certaine difficulté à remettre la machine en route. Cela s’est traduit par une baisse du nombre de dossiers traités, donc du nombre de visas délivrés aussi», a-t-il expliqué.

En plus «l’arrivée de France-Visas […] s’est traduite par la disparition immédiate des allègements qui existaient autrefois du dispositif dérogatoire, qui permettait à certaines catégories d’obtenir le visa avec un dossier allégé».- a-t-il encore ajouté.

En plus du renforcement du contrôle aux frontières à cause de la crise migratoire, M. Sedille a souligné que «s’il y a des taux de refus aussi élevés, c’est aussi parce qu’il y a de mauvaises pratiques, qu’on peut corriger».

À titres d’exemples, le diplomate a dénoncé deux pratiques. Il y a d’abord «les dossiers incomplets ou les dossiers qui contiennent des pièces qui ne sont pas fiables», a déclaré le responsable en citant les faux bulletins de salaire ou les fausses attestations d’assurance sociale.

La seconde, selon lui, est le «détournement» de l’objet initial du visa pour, par exemple, effectuer des soins dans les hôpitaux français sans régler la facture de la prestation. À ce titre, Marc Sedille a indiqué que la dette cumulée dans les hôpitaux de la région parisienne par les ressortissants algériens s’élevait à 25 millions d’euros. Sputniknews

Continuer la lecture

Société

Un chat menacé par un serpent…

Publié

le

Il y a comme ça des miracles qui se passent de commentaires. Des dangers qui révèlent certaines natures insoupçonnées.

Il en est ainsi de ce chat et de son destin face au danger. Regardez la vidéo,… et vous comprendrez.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires