Connectez-vous avec nous

Bien-être

« Domaine Saint-Augustin », un gîte qui promeut l’écotourisme à Souk-Ahras

Publié

le

C’est un gîte atypique que nous découvrons là. Il est situé à Souk-Ahras. Le « Domaine Saint-Augustin » tenu par Rachida et Boubakeur fait la promotion de l’écotourisme. Un type de tourisme qui respecte l’environnement et les hommes qui y habitent. Voilà ce qu’écrit sedrata info sur le lieu :

« Que ce soit pour une halte, un week-end ou un long séjour, nous vous réservons un accueil chaleureux dans une résidence paisible. Toutes les chambres disposent de douches à l’italienne et toilettes, de climatiseurs réversibles, de grandes fenêtres avec vue sur le jardin. Elles sont confortables et décorées avec raffinement et sobriété.

La maison d’hôtes-table d’hôtes « Le Domaine de Saint Augustin  » est une adresse incontournable à conseiller aux amoureux de la nature de passage dans la région. Vous pouvez suivre l’aventure du domaine sur leur page Facebook Saint-Augustin Madaure.

Des mets traditionnels sont aux menus des résidents du « Domaine de Saint-Augustin » pour un excellent séjour au calme loin du tumulte de la ville.  En cette période de froid, le plat de la région « berkoukès b’el qedid » est très apprécié. Berkoukès b’el qedid est un plat ancestral berbère préparé avec des pâtes sous forme de grosses graines de couscous roulé, de viande de chevreau séchée, de pois chiches, de fèves,de navets, de carottes, d’abricots secs appelés « fermès ».. La sauce est à base d’oignons, d’ail, de fromage et de lait de chèvre; épicée et bien relevée!!).

Les artistes et créateurs, les randonneurs, les vacanciers, les touristes en partance sur la Tunisie sont tous les bienvenus.

La maison d’hôtes est  situé à 920 mètres d’altitude, à 8 km de M’daourouch (ex-Montesquieu) et à 500 m du site archéologique de Madaure (Madaurius) et 36 km la sépare de Souk Ahras (ville) et seulement 40 km de la frontière tunisienne. »

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Bien-être

Couches pour bébés : l’Anses alerte les fabricants sur les risques liés aux « substances chimiques »

Publié

le

L’Agence nationale de sécurité sanitaire dévoile une étude sur les risques liés aux couches pour les bébés. L’Anses appelle à supprimer toutes substances parfumantes.

Tous les fabricants et distributeurs de couches jetables pour bébé sont convoqués mercredi 23 janvier au ministère de l’Economie. Ils vont prendre connaissance d’une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les risques liés aux substances chimiques dans les couches, mettant en évidence « des dépassements de seuils sanitaires pour plusieurs substances chimiques. » L’Agence appelle à instaurer « un cadre réglementaire plus restrictif » pour encadrer l’usage de ces produits, et recommande de « renforcer les contrôles » et d’éliminer -ou réduire au maximum la présence de ces substances dans les couches jetables.  

Ces substances peuvent entrer dans l’urine des bébés 

« Certaines de ces substances sont ajoutées intentionnellement, telles que des substances parfumantes qui peuvent entraîner des allergies cutanées. D’autres substances identifiées peuvent provenir de matières premières contaminées ou de procédés de fabrication (PCB-DL, furanes et dioxines, HAP) », explique l’Anses, qui souligne que ces substances peuvent ensuite migrer dans l’urine des bébés, ou entrer en contact avec leur peau. Selon l’Anses, un bébé utilise en moyenne 4 000 couches jetables au cours des trois premières années de sa vie.  

L’Agence appelle donc à supprimer toutes substances parfumantes, en commençant par celles susceptibles d’entraîner une réaction cutanée, à mieux maitriser l’origine des matières premières naturelles qui peuvent être contaminées avant même la fabrication, et à améliorer les procédés de fabrication des couches.

Une première enquête à l’international 

Dans son communiqué, l’Anses précise avoir « été saisie par la Direction générale de la santé, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et la Direction générale de la prévention des risques » pour évaluer les risques liés à des substances chimiques présentes dans les couches pour la santé des bébés. « Cette expertise est une première évaluation de risques de la sécurité des couches pour bébé, effectuée par une agence de sécurité sanitaire au niveau international », rajoute l’Anses. 

Des mesures exigées

Toutes les couches ne sont pas concernées, mais pour le moment les autorités sanitaires préfèrent ne pas dévoiler de liste noire, de chiffres et de marques de produits.

Elles assurent simplement que les substances incriminées ont été retrouvées dans des couches classiques, mais aussi dans des couches bio.

Les fabricants et distributeurs de couches culottes, convoqués par les ministres de l’Economie, de la Santé et de la Transition écologique, vont être appelés à revoir les compositions et les modes de fabrication. D’ici 15 jours, ils devront prendre des engagements pour éliminer les substances dangereuses des couches. Francetvinfo

Continuer la lecture

Bien-être

180 000 Algériens se sont barrés en Tunisie pour réveillonner

Publié

le

Sinistrose, bigoterie et cherté des hôtels… ils sont des milliers d’Algériens à ne pas supporter de passer des vacances dans les complexes hôteliers du pays.

Dimanche et lundi 31 décembre, ils étaient des milliers à se ruer sur les points de passage frontaliers de l’est du pays pour réveillonner dans les complexes touristiques de la Tunisie voisine.

Selon El Bilad TV, ils étaient officiellement plus de 180 000 Algériens en Tunisie depuis le 21 décembre. Il faut ajouter sans doute une autre destination : la Turquie très prisée par les Algériens. Par ailleurs 3 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2018.

Ce chiffre renseigne sur l’envie des Algériens à vivre et à passer des vacances comme tous les autres peuples. Mais aussi, l’incapacité des structures touristiques algériennes à offrir les services idoines pour attirer ces milliers de touristes. Même le sud n’attire plus d’ailleurs.

Tout le monde convient de la cherté des prix pratiqués par les complexes touristiques algériennes, par rapport au service qui frise la médiocrité.

Continuer la lecture

Bien-être

La ferme pédagogique de Zéralda, un hâvre dédié à la nature

Publié

le

Si vous êtes un amoureux de la nature et en quête d’un ressourcement et d’énergie positive, un des lieux recommandé au niveau d’Alger est sans doute la ferme pédagogique de Zéralda.

S’étalant sur une superficie de 8 hectares, située à Kheloufi, la ferme attire de plus en plus de familles et de visiteurs venus de partout pour se distraire chaque fin de semaine ou dans les périodes de vacances.

Perçue comme l’un des meilleurs endroits à Alger pour réapprendre aux enfants le contact avec la nature, elle est aussi un lieu d’apprentissage aux petits pour leur faire découvrir les différentes espèces animales et les produits naturtels et sains du terroir.

Le développement de projets tels que les fermes pédagogiques devrait connaître un bel essor au regard du manque d’espaces de distraction dans notre pays.

« C’est un nouveau concept en Algérie », estime M. Chaib Djamel, propriétaire de la ferme et vétérinaire de formation. « Toute la ferme est construite avec des matériaux de recyclage d’anciennes palettes et d’anciens objets. C’est une ferme à 100% agroécologique et autonome du point de vue source énergétique. L’électricité est issue à 100% du photovoltaïque », comme l’affirme l’interlocuteur de Soraya Ghozlane de la Radio Chaine 3. APS

Continuer la lecture

Suivez-nous

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires