Connectez-vous avec nous

Actu

Aïn Temouchent : un journaliste marocain condamné pour espionnage

Publié

le

Un journaliste marocain, vivant dans la wilaya d’Aïn-Témouchent en Algérie, aurait été inculpé et condamné à 12 ans de prison ferme, ainsi que son complice algérien, en raison d’activités d’espionnage au profit du Maroc. C’est ce qu’ont confié, le 5 novembre, des sources du site ObservAlgérie qui a rapporté l’information.

La justice algérienne aurait condamné à 12 ans de prison ferme un journaliste de nationalité marocaine et son complice algérien pour «intelligence avec une puissance étrangère avec l’objectif de nuire aux intérêts de l’Algérie». C’est ce qu’a rapporté, le 5 novembre, le site d’information ObservAlgérie citant des sources proches du dossier, affirmant que le mis en cause principal travaillait comme correspondant d’un média marocain.

Selon ces sources, le correspondant marocain, établi dans la wilaya d’Aïn-Témouchent, dans l’ouest de l’Algérie, aurait été arrêté au début du mois de mars 2018, «alors qu’il était en train de filmer des troubles à l’ordre public, déclenchés après un match de football». Après avoir subi une fouille de routine par les agents de police, des documents accablants auraient été découverts en sa possession, ont-elles ajouté.Évoquant la nature des documents saisis, les mêmes sources ont confié qu’il s’agirait de «messages et de rapports sur la situation socio-sécuritaire de l’Algérie, envoyés à des numéros de téléphones et adresses mails de plusieurs hauts responsables marocains, ainsi qu’une carte professionnelle de correspondant local d’un quotidien marocain».

Plaidant son innocence devant le juge d’instruction, le journaliste aurait réfuté, selon ces sources, toutes les accusations prétendant avoir pris contact avec de hauts responsables marocains «pour faciliter la prise en charge médicale de son père malade» au Maroc. Il aurait également affirmé qu’il «était illettré et ne pouvait ni lire ni écrire», tout en expliquant que les articles envoyés à son journal auraient été rédigés par des amis à lui.Concernant le présumé complice algérien, il aurait été poursuivi et condamné pour «aide et assistance fournies pour faciliter la préparation et la consommation du crime», puisqu’il aurait hébergé le journaliste marocain dans sa maison, ont conclu ces sources. Sputniknews

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Les travailleurs de Sonelgaz chassent le ministre de l’Energie

Publié

le

Les travailleurs et les travailleuses continuent de donner l’exemple. Ce dimanche 21 avril, ce sont les employé-e-s de Sonelgaz, la compagnie nationale de l’électricité et du gaz, qui ont réservé un accueil des plus humiliants au nouveau ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, en visite à Gué de Constantine, à Alger. Voir les vidéos ci-dessous.

Fraîchement nommé au gouvernement impopulaire de Bedoui, Mohamed Arkam voulait se rendre au siège national de Sonelgaz, sis à Gué de Constantine. Mais c’était compter sans la mobilisation et la détermination des travailleurs de Sonelgaz qui ont organisé un rassemblement devant le siège pour lui signifier qu’ils ne veulent ni de lui, ni du gouvernement illégitime de Bedoui.

« Arkab dégage » et « klitou lablad Ya saraqin » (vous avez volé le pays, voleurs !), ont scandé les centaines de travailleurs et de travailleuses encerclés par les CRS déployés tout au tour du siège.

Situation surréaliste, car désormais, c’est sous haute protection policière et avec une bonne dose de répression que les ministres du gouvernement Bedoui doivent organiser leur sortie sur le terrain.

A. G.

Continuer la lecture

Actu

« Min djibalina » pour accueillir Ahmed Ouyahia au tribunal de Sidi M’hamed

Publié

le

C’est avec « Min djibalina » (De nos montagnes), une chanson patriotique, que quelques centaines de personnes, rassemblées aujourd’hui dimanche 21 avril, ont préféré accueillir Ahmed Ouyahia attendu au tribunal de Sidi M’hamed, rue Abane-Ramdane à Alger. Voir vidéos.

Le message est assez clair. Les citoyens entendent prendre leur revanche sur Ahmed Ouyhia, l’homme des sales besognes. C’est une façon de lui dénier son « algérianité », lui qui estimait que les Algériens devraient se passer du… yaourt ! Une déclaration que les citoyens avaient très mal pris.

Des citoyens ont tenu à manifester en brandissant des pot et des bouteilles de yaourt pour narguer Ahmed Ouyahia. Des slogans appelant à l’application de la peine de mort à son encontre ont été scandés.

Pour rappel, Ahmed Ouyahia et Mohamed Loukal sont convoqués pour aujourd’hui 21 avril par le procureur de la République pour être entendus dans une affaire de « dilapidation de deniers publics ».

A. G.

Continuer la lecture

Actu

Un citoyen se moque d’Ouyahia devant le tribunal !

Publié

le

L’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, est convoqué par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) dans une affaire de « dilapidation des deniers publics », a annoncé la télévision publique algérienne.

L’affaire, même si peu d’Algériens croient qu’Ouyahia ira en prison, a enflammé la rue algérienne et les réseaux sociaux.

Depuis la sortie de l’information, nombreux sont ceux qui s’affichent avec des pots de yaourt pour moquer l’ancien premier ministre.

Ici on voit des citoyens devant le tribunal d’Alger, avec une forte présence policière. Un rassemblement sans doute en lien avec la convocation d’Ahmed Ouyahia. D’où la moquerie de cet homme qui mange un yaourt.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires