Connectez-vous avec nous

Musique

Taos Amrouche, la voix-mémoire de la Kabylie, comme vous ne l’avez jamais vue

Publié

le

Taos Amrouche, la porte-mémoire de la Kabylie, parle des chants qu’elle a recueillis. Cette voix chaleureuse se confie avec une immense émotion sa passion de la culture berbère.

Romancière et chanteuse, Taos Amrouche a chanté des poésies rares.

Taos Amrouche appartient à la Petite Kabylie, par son père, à la Grande Kabylie, par sa mère. Mais les hasards de l’histoire qui voulut que ses parents, en échange d’une bonne instruction française, fussent amenés à adopter le christianisme, puis la nationalité française, la firent naître à Tunis où les siens s’étaient exilés pour fuir l’exil intérieur au pays même. En cette « figue de Barbarie » que fut la famille Amrouche, deux des enfants, Jean et Taos, voulurent préserver la conscience la plus aiguë de leur double appartenance maghrébine et française, et s’attachèrent à jouer un rôle médiateur.

C’est à leur mère, Fathma, qu’ils doivent d’avoir su relier les rives des deux mondes. Cette femme, auteur d’une Histoire de ma vie (1968), se rattachait à une lignée d’aèdes, dont elle avait retenu les chants. Jean et Taos se mirent, l’un à traduire les poèmes, et cela donna les Chants berbères de Kabylie (1939), l’autre à compléter la collecte et à interpréter les chants. Douée d’une voix exceptionnelle, allant du plus grave au plus aigu, à la fois ample et riche de timbre, Taos, dès vingt ans, se sentit appelée à se consacrer aux monodies millénaires héritées de sa lignée. Sa participation au congrès de chant de Fès, en 1939, lui vaut d’obtenir une bourse pour la Casa Velázquez, à Madrid (en 1940 et 1941), pour rechercher dans le folklore ibérique les survivances de la tradition orale berbère.

À la Casa Velázquez, Taos rencontre celui qui deviendra son mari, le peintre André Bourdil. De leur union naîtra une fille unique, aujourd’hui la comédienne Laurence Bourdil. De Madrid, ils retournent vivre à Tunis, puis à Alger, où Bourdil est pensionnaire à la Villa Abd el-Tif. Ils viendront définitivement s’installer en France en 1945. Les occasions de chanter en public ne se présentent pas tout de suite. Il y a eu, à Madrid et à Barcelone, en 1941, les premiers récitals ; mais, en France, c’est la guerre. (Lire la suite ici)

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Musique

Nadia Baroud sera en concert au Centre culturel algérien de Paris

Publié

le

Nadia Baroud se produira le 9 février à 20h30 au centre culturel algérien de Paris.

Continuer la lecture

Musique

L’Orchestre philharmonique de Kiev reprend Aït Menguellet

Publié

le

Un peu de musique de bon matin pour adoucir nos moeurs rabougris par les déconvenus de la vie et des hommes.

Lounis Aït Menguellet reprit par l’orchestre philharmonique de Kiev. Quelle reconnaissance pour cet immense artiste qui a passé plus d’un demi-siècle de chansons et de lutte.

Continuer la lecture

Musique

Aït Menguellet à la Coupole : un concert au profit de 4 associations

Publié

le

Après le concert-événement de l’Accord Hotels Arena de Bercy à l’occasion de Yennayer en compagnie d’Idir et Mohamed Allaoua, Lounis Aït Menguellet donnera, vendredi 1er février à 14h, un concert à la Coupole d’Alger.

Communiqué. Le chanteur a décidé de remettre toute la recette des entrées, après avoir rémunéré les musiciens, à quatre associations :

 L’association des enfants inadaptés mentaux d’Isehnounène, centre psychopédagogique Oumalou, village Abouda Bouada, commune d’Aït Oumalou.

L’association des handicapés Tidukla d’Iboudrarène

L’association des handicapés Baraka                 

L’association des cancéreux El Fedjr.

Pour rappel, Lounis Aït Menguellet n’est pas à sa première action de solidarité au profit des associations. Fidèle à ses convictions humanistes et d’entraide, il se produit régulièrement pour aider les aider.

En 2017, il avait déjà remis les recettes de son concert de la Coupole à l’association El Fedjr. En 2018, les recettes de son gala qui a eu lieu à la Maison de la culture Taos Amrouche de Bejaia, ont été, elles, octroyées à l’association des diabétiques d’El Kseur.

C’est donc en droite ligne de toutes ces opérations de solidarité qu’il se produira à la Coupole d’Alger le 1er février à 14h.

Les billets sont disponibles du 25 janvier au 31 janvier. Tarifs : 1000 dinars (gradins) et 1500 (VIP)

Continuer la lecture

Suivez-nous

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires