Connectez-vous avec nous

Sports

Le Bayern Munich se ramasse une gifle

Publié

le

Le Bayern Munich s’incline lourdement à domicile face au Borussia Mönchengladbach (0-3), à l’occasion de la 7ème journée de Bundesliga. Le Français Pléa surprend Neuer dès la 10ème minute d’une frappe à ras de terre en dehors de la surface.

Six minutes plus tard, Stindl fait le break. Ribéry sort à la mi-temps au profit de Robben mais ce coup de poker ne change rien.

Herrmann donne même un peu plus d’ampleur au succès des siens en fin de rencontre (88ème). Les Bavarois n’ont plus gagné depuis 4 matches toutes compétitions confondues (2 défaites et 2 nuls) et pointent à la 5ème place du classement.

De plus en plus contesté outre-Rhin, Niko Kovac, l’entraîneur du Bayern Munich, est plus que jamais sur la sellette.

Reuters

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Politique

Les 3 supporters expulsés d’Egypte incarcérés à El Harrach

Publié

le

Les trois supporters algériens expulsés de l’Egypte ont été présentés devant le juge au tribunal de Dar El Beida et placés sous mandat de dépôt à la prison El Harrach, pour avoir brandi une pancarte hostile à un Etat militaire lors de la rencontre Algérie-Kenya (2-0) dans le cadre de la CAN 2019.

Les autorités égyptiennes avaient expulsé le 25 juin les trois supporters algériens : les deux premiers pour avoir enfreint la réglementation de la Confédération africaine de football (CAF) en introduisant au stade des Forces aériennes du Caire des fumigènes et le troisième pour avoir déployé une banderole portant un slogan politique : “Dawla madania, machi âaskaria” (Etat civil et non militaire), selon une version, et « yatnahaw gaâ » (qu’ils dégagent tous), selon une autre.

Leur audience est programmée pour le 6 juillet. Cette mise sous mandat de dépôt est inédite. Sur les réseaux sociaux, les internautes se sont indignés face à cet arbitraire, ont témoigné de leur solidarité et exigent leur libération.

Kahina H.

Continuer la lecture

Sports

CAN 2019: le Ghana contrarié par le Bénin malgré les frères Ayew

Publié

le

Les Black Stars du Ghana ont vécu une entrée en lice difficile mardi à Ismaïlia contre le Bénin. Les buts marqués par André et Jordan Ayew n’ont pas suffi à l’emporter contre les Ecureuils (2-2). Les Ghanéens ont manqué de consistance face à ces Béninois audacieux.

Entre le Bénin, non présent à la CAN depuis 2010 et qui n’a jamais passé le premier tour, et le Ghana, quadruple vainqueur et systématiquement en demi-finales au moins depuis 2008, l’équilibre paraissait déséquilibré avant le coup d’envoi de la rencontre entre ces deux équipes ce mardi 25 juin, au stade Ismaïlia, dans le groupe F de cette CAN 2019. Ça, c’était pour le cliché d’avant-match. Car dès que le coup d’envoi a été donné, ces croyances se sont effritées devant l’entrée en jeu tonitruante des Ecureuils.

André et Jordan Ayew remettent le Ghana à l’endroit en première période

Malgré l’absence de l’habituel capitaine Stéphane Sessègnon, suspendu, les joueurs du Bénin n’ont pas laissé passer la première chance qui s’est présentée à eux. Ou, plus exactement, l’opportunité qu’ils se sont créés eux-mêmes. On jouait depuis moins de deux minutes de jeu quand Mickaël Poté, lancé en profondeur, a grillé la politesse aux défenseurs ghanéens pour ensuite tromper d’un pointu bien placé Richard Ofori (2e).

Cueillis à froid, les Blacks Stars n’ont toutefois pas tardé à réagir. Et c’est leur capitaine, André Ayew, qui s’est chargé de ramener de l’ordre dans la maison ghanéenne. Dans la surface, le joueur de Fenerbahçe a vu l’ouverture et a placé une frappe soudaine du gauche qui a trompé Fabien Farnolle, pas assez rapide pour aller au sol et sortir le cuir (9e).

Cela faisait plus de deux ans que l’attaquant n’avait plus marqué en sélection. Son dernier but, c’était précisément lors de la dernière CAN, lors d’un quart de final remporté contre la RDC en janvier 2017 (2-1).

Parce que le foot est une affaire de famille chez les Ayew, après André, c’est son petit frère Jordan qui a fait parler la poudre. En fin de première période, le plus jeune des fils d’Abedi Pelé a mystifié son défenseur d’une feinte de corps avant de foncer au but et de donner l’avantage au Ghana d’une lourde frappe en pleine lucarne (42e). A la pause, les Blacks Stars menaient les débats et pouvaient remercier les deux frangins.

Poté sublime des Écureuils

Le Ghana tenait le bon bout, mais un événement est venu mettre à mal leur plan : l’expulsion de Jonathan Boye pour un deuxième carton jaune, un peu sévère c’est vrai. Le défenseur a été puni pour avoir tenté de gagner du temps, d’après la décision de M. Youssefr Essarayri, l’arbitre principal. Réduits à dix contre onze, les hommes de de James Kwesi Appiah ont alors perdu la main… et leur avantage au score.

Sur un corner rapidement joué, Jodel Dossou a centré à ras terre vers Mickaël Poté qui, d’un geste semblable à une Madjer, a trompé pour la seconde fois de la soirée Ofori (63e). Les Ecureuils, revigorés par cette égalisation et leur supériorité numérique, ont ensuite tenu la dragée très haute à leurs adversaires. Dans les dernières minutes, les Ghanéens ont même abandonné tout espoir d’arracher la victoire et ont dû se replier dans leur camp. Le Bénin a bien failli inscrire un troisième but assassin, mais le cadre s’est, à chaque fois, dérobé de peu.

C’est donc un match tout à fait mérité pour ce Bénin joueur. La tactique mise en place par Michel Dussuyer a fait perdre bien au Ghana, un candidat au sacre final. Ce 2-2 laisse au Cameroun la première place du groupe F. Les Ghanéens vont devoir réagir dès le prochain match, le 29 juin, face aux Lions indomptables justement, pour le choc de cette poule. Les Béninois affronteront, le même jour, la Guinée-Bissau. Avec une confiance renforcée par un premier match convaincant. RFI.

Continuer la lecture

Sports

CAN 2019 : le Cameroun s’impose face à la Guinée-Bissau

Publié

le

Pour leurs débuts dans la compétition, les champions d’Afrique en titre se devaient de marquer le coup en s’imposant dans ce match du groupe F.

Les Lions indomptables ont rempli une partie du contrat en s’imposant face à la Guinée-Bissau, mais ce succès a été poussif et les hommes de Clarence Seedorf ont cruellement manqué d’efficacité.

Défendre son titre de champion d’Afrique des nations n’est jamais une sinécure, le Cameroun l’a certainement appris à ses dépens ce mardi 25 juin à Ismaïla. Les Lions indomptables faisaient leur retour dans la compétition deux ans après l’avoir remportée au Gabon en 2017 et ils ont eu toutes les peines du monde à prendre le dessus sur la Guinée-Bissau

La patience et l’expérience des Camerounais a finalement eu raison des Djurtus mais les hommes de Clarence Seedorf ont mis plus de 65e minutes avant de trouver les clés du verrou bissau-guinéen. Car les joueurs de Baciro Candé ont réussi à faire jeu égal avec leur adversaire durant toute la première période.

Des Djurtus bien en place mais pas très dangereux

Bien en place, les Djurtus ne se sont jamais montrés particulièrement dangereux mais ils ont réussi à faire déjouer Choupo-Moting et ses coéquipiers et les incursions de leur virevoltant ailier Piqueti dans la défense camerounaise pouvaient laisser espérer aux Bissau-guinéens un meilleur résultat que celui que leur prédisaient les pronostiqueurs.

Il faut dire que les Djurtus ont été bien aidés par la maladresse des attaquants camerounais en première période. Choupo-Moting, Bassogog et Toko Ekambi étaient plutôt en jambe sur le front de l’attaque, mais lorsque le gardien bissau-guinéen Jonas Mendes ne sauvait pas les meubles pour son équipe, c’est la maladresse des joueurs offensifs camerounais qui lui permettait de préserver ses cages.

Deux buts en trois minutes

Au retour des vestiaires, les Lions indomptables, sans être impériaux dans le jeu, ont élevé le niveau. C’est finalement sur corner à la 66e minute de jeu grâce à une tête smashée de Yaya Banana sur laquelle Mendes n’a rien pu faire, que le Cameroun s’est remis dans le droit chemin. Trois minutes plus tard, Stéphane Bahoken à peine une minute après être entré en jeu a alourdit la mise en profitant d’une erreur de relance de la défense des Djurtus.

Les Bissau-guinéens ont bien tenté, sans succès, de sauver l’honneur pour leur deuxième participation à une CAN mais les Camerounais ont su gérer leur avance sans trembler. Avec cette première victoire, le plus important est fait pour les Lions indomptables mais il faudra sans aucun doute que les joueurs de Clarence Seedorf se montrent un peu plus convaincants s’ils veulent caresser l’espoir de se succéder à eux-mêmes au palmarès de cette CAN 2019. RFI

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires