Connectez-vous avec nous

Mémoire

Ramdane Abane n’a pas ordonné la mort des « Berbéristes »

Publié

le

Depuis quelques années, circule sur le Net une note du CCE à l’adresse de la fédération de France du FLN. La missive est présentée comme un ordre pour liquider les berbéristes. Et ceux qui diffusent ce document le présentent comme une sentence sans appel contre Abane Ramdane. Qu’en est-il en vérité ?

Émanant de la direction issue du Congrès de la Soummam, l’instruction porte la paraphe de l’ensemble des membres du CCE. Elle est présentée comme une réponse au rapport envoyé par la Fédération de France. Le document traite d’une série de problèmes.

L’immixtion de la Kabylie dans la gestion des effectifs FLN sur le territoire Français, les mesures pour asseoir l’autorité de la direction fédérale sur les collectifs militants et les réseaux de collecteurs e fonds. Mais aussi, la façon d’asseoir l’hégémonie politique du Front face aux autres courants politiques algériens.

Le passage incriminé est celui-ci “ vous renouvellent leur confiance et vous assure d’un appui total dans votre travail de clarification, de consolidation du FLN en France et de liquidation des Berbéristes, Messalistes et autres contre-révolutionnaires qui continuent leur travail de sape et de division au sein de l’émigration algérienne”. Quel sens peut revêtir cette orientation ? “ Liquidation des” ? S’agit-il d’un ordre pour des liquidations physiques ? C’est ce que les propagandistes du net veulent faire accroire !!

Or, pour toute personne douée d’honnêteté, la note indique bien qu’il s’agit de liquider des courants politiques (au sens d’assoir l’hégémonie du FLN et d’annihiler toute influence des autres courants). Ce passage concerne manifestement le travail politique et non militaire. Comment puis-je avancer cela ? Simplement en soulignant que pour le volet militaire la note est absolument explicite dans son 5ème paragraphe. Celui-ci parle du MNA ; il avance qu’il faut “détruire ces bandes par n’importes quels moyens”. Pour cela, la note demande des précisions sur les capacités de “l’organisation spéciale” de la fédération de France et pose l’éventualité d’envoi d’éléments aguerris à partir des maquis de l’intérieur.

Nous voyons qu’il y a bien une distinction entre les problèmes abordés au 1er paragraphe et ceux traités au 5ème. Les premiers sont d’ordre politique et les seconds sont sans conteste militaires.

Les dessous de l’histoire

Il n’y a que ceux qui adoptent une façon caractérisée de regarder l’Histoire par la petite lorgnette pour faire porter à Abane la responsabilité de liquidation des patriotes berbéristes.

Peut-on soutenir que la dissidence Messaliste ne posait pas problème ? Que le FLN n’avait pas à établir l’hégémonie de sa démarche et à assoir l’unité des rangs algériens ? Ne fallait-il pas s’atteler à cette question épineuse ?

Or, dans cette direction collégiale, le chef de la Kabylie était resté Messaliste bien après le déclenchement de l’insurrection. Plus que cela, peut-on passer sous silence le fait que sa nomination comme chef s’était faite comme un élément clef de la liquidation des berbéristes ? N’est-ce pas en 1949 que Krim a été coopté par la direction du MTLD ?

En août 1956, Abane arrive, contre vents et marrées, à mettre en place une organisation qui se substitue aux fiefs et chefs de guerre. Il critique l’attaque d’août 1955 menée par Zighout. Il met de l’ordre dans le mouvement national et assoit une direction politique déterminée à agir à l’intérieur vers des perspectives politiques ouvertes aux différentes communautés sans distinction d’origines ou de confessions. L’œuvre est colossale, mais était-elle au goût de tous ?

Relevons que ce document est signé par l’ensemble des membres du CCE. La gravité des instructions qu’il comporte peut expliquer ce fait d’exception. Mais est-ce la seule raison envisageable ? Plus important, où et par qui cette instruction de “liquidation des berbéristes” a-t-elle pris un contenu militaire et a été suivie d’effet ? Pas dans l’immigration, en tout cas ! Rachid Ali Yahia témoigne de l’épisode de son contact avec Slimane Amirat. Mais, ce fut dans la wilaya III et sous la responsabilité du trio : Krim – Si Nacer – Amer At Chikh, ceux-là mêmes qui ont sévi en 1949 en tant que bras armé de la direction du MTLD, qu’elle est devenue un ordre de tuer !

Je crois que c’est faire un mauvais procès à Abane que de lui faire endosser la responsabilité de cette grave dérive. Vu son tempérament, s’il était convaincu de la justesse de l’orientation, les berbéristes auraient été cités au 5ème paragraphe et seule sa signature aurait figuré au bas du document. Mais ne pouvant éliminer Krim de la direction ni jouer l’unité de la direction naissante sur cette question, il a dû se résoudre, la mort dans l’âme, à voir une orientation mortifère prendre corps et s’appliquer.

Mohand Bakir

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Les images censurées du 11 septembre 2001

Publié

le

Le 11 septembre 2001, quatre attentats-suicides frappent le sol américain. Ils ont visé des bâtiments symboliques de la puissance américaine, telles que les tours jumelles du World Trade Center à New-York (deux avions ont percuté les tours) et le Pentagone, à Washington.

En deux heures (entre 8h14 et 10h30), dix-neuf membres du réseau djihadiste Al-Qaïda détournent quatre avions et font 2 977 morts.

Seul un des vols n’atteindra pas sa cible.

Mark Laganga, ancien cameraman de la chaîne CBS, a publié le 31 août dernier une vidéo restaurée en haute définition de 29 minutes, qui avait été filmée dans les instants qui ont suivi la catastrophe de 2001.

Continuer la lecture

Mémoire

Le temps d’un week end, mythique monologue Al Pacino

Publié

le

L’histoire raconte la vie de Charles, un étudiant boursier du prestigieux collège de Baird, qui répond à une annonce visant à s’occuper le temps d’un weekend d’une personne aveugle.

La mission paraît simple mais l’aveugle en question, le lieutenant-colonel Slade a d’autres projets. Il décide de se servir de sa présence pour partir une dernière fois à New-York, profiter des plaisirs de la vie puis y mettre fin à ses jours. Charles, à son retour doit comparaître avec un autre étudiant devant un conseil de discipline car ils n’ont pas voulu dénoncer trois condisciples qui ont ridiculisé le directeur du prestigieux collège.

L’extrait décrit le discours du lieutenant devant l’assemblée des élèves et le conseil de discipline.

Charles est sur le point d’être exclu du collège ce qui anéantira ses chances de rentrer à Harvard. Le lieutenant, outré par ce qu’il vient d’entendre prend la parole pour un monologue inoubliable et bouleversant de 5 minutes qui va changer le cours de la vie de Charles mais aussi la sienne.

une vision de sSix minutes et 02 secondes qui régale.

Continuer la lecture

Mémoire

Entretien de Houari Boumediene avec Paul Balta

Publié

le

C’est un entretien qui a eu lieu en 1974. A l’époque, le président Boumediene était encore en plein chantier de la fameuse charte nationale qui n’a, en définitive, été qu’un pétard mouillé destiné à tromper l’opinion publique nationale et internationale.

Houari Boumediene disserte sur l’injustice internationale mais oublie qu’il interdit toute opposition, qu’il maintenait Ben Bella qu’il a été à prendre le pouvoir en détention… Cela faisait 9 ans que le président Boumediene avait pris le pouvoir par un putsch. Il avait déjà fait assassiner deux grands leaders de la révolution algérienne : Mohamed Khider et Krim Belkacem…

Paul Balta, correspondant à Alger du quotidien Le Monde, cultivait une grande proximité avec Boumediene. Cette relation est devenue de l’admiration, comme le montrent clairement les écrits de ce journali du quotidien vespéral parisien.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires