Connectez-vous avec nous

Monde

Jacqueline Chabbi : Ce que haram veut dire !

Publié

le

Chercheur, professeur (université de Paris-VIII) et historienne, Jacqueline Chabbi revisite l’histoire de l’islam et décortique ses travers et manipulations. Elle travaille depuis pas mal d’années sur le monde musulman médiéval.

Dans cette vidéo, elle analyse le mot Haram galvaudé par les musulmans et utilisé pour tout et rien. Elle parle du vin sur lequel elle dit qu’il n’est pas haram. Ce sont les juristes qui ont décidé d’interdire le vin. Le porc, elle rappelle qu’il n’existait dans l’Arabie.

S’appuyant bien entendu au Coran, elle décortique et analyse le sens des mots.

Dans un entretien accordé à francetv, elle déclare notamment : « L’islam subit des évolutions importantes et souvent méconnues. Ces influences s’expliquent notamment par l’histoire politique et culturelle.

La manière dont certains musulmans se représentent les débuts de l’islam est très éloignée de la réalité. Bien des pratiquants sont, par exemple, convaincus qu’en accomplissant le sacrifice du mouton lors de la fête de l’Aïd, ils perpétuent le geste d’Abraham et un rite caractéristique des premiers croyants. Seulement dans l’Arabie tribale, les pasteurs sont chameliers et non moutonniers. Le mouton est un animal sacrificiel typique du Moyen-Orient et non des confins du désert. La prééminence du mouton comme animal de sacrifice date de l’islam impérial. Les convertis d’origine non-arabe sont alors devenus majoritaires dans la population et sont à la recherche de modèles de conduite musulmans dans lesquels ils se reconnaissent. C’est le signe anthropologique d’un franchissement de frontières très important sur le plan des mentalités.
Aujourd’hui, beaucoup de jeunes musulmans ignorent l’islam de Mahomet et sont victimes d’un véritable déficit d’histoire en ce qui concerne la période de constitution de leur religion »

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Monde

A Nice, une mosquée sera fermée en 2019, révèle Estrosi

Publié

le

Le très droitier maire de Nice, Christian Estrosi part en « opération reconquête » du quartier Notre-Dame.
« On a la présence d’une salle de prière avec des problèmes liés à un lieu inapproprié », explique Christian Estrosi, en visite dans le quartier comme pour justifier sa prochaine opération. 
 La mosquée sera donc fermée le 1er juillet 2019, annonce-t-il avant d’ajouter : « Le temps de trouver un espace pour accueillir dans des conditions dignes, pour mener des activités transparentes sans occupation du domaine public ».

Après la création d’un jardin d’enfants, la clôture de la cathédrale, la semi-piétonnisation de certaines allées, le maire LR de Nice promet la fermeture définitive de la mosquée de la rue de Suisse. Avec 20minutes

Continuer la lecture

Monde

France : 50% des radars hors service depuis le mouvement des «gilets jaunes»

Publié

le

Depuis cette mobilisation qui remonte maintenant à un mois environ, les radars sont pris pour cible. Brûlés, recouverts de peinture, de sacs ou de gilets jaunes, ils seraient 1.500 environ sur tout le territoire à être aujourd’hui hors service. Soit quasiment la moitié du parc existant.

Il y a une évidence. Plus la colère des gilets jaunes perdure et moins les radars fonctionnent. Selon Europe 1, près de la moitié d’entre eux a été mise hors service. Sur ce bataillon de quelque 3.200 appareils, il ne resterait plus que 1.500 rescapés. Un record que ne souhaite pas confirmer la délégation interministérielle à la sécurité routière. Pour éviter une escalade dans le vandalisme, la ligne de conduite de ce service reste inchangée depuis le début du mouvement des «gilets jaunes»: aucun commentaire sur les chiffres.

Mais il n’y a qu’à écouter les automobilistes pour mesurer l’ampleur des dégâts. «J’ai fait un trajet des Hauts-de-Seine jusque dans les Yvelines, près de Houdan, et quasiment aucun des radars ne fonctionnait», relate l’un d’eux. Cette mise hors service se fait par divers procédés. Il y a le plus radical: le feu. Plusieurs centaines de radars ont été incendiés, en province comme à Paris lors des diverses manifestations. Le recours à la peinture est aussi très prisé. En jaune, forcément. Enfin, de nombreux appareils sont recouverts de sacs ou de gilets, jaunes aussi. Voilà qui va faire l’affaire des automobilistes, mais pas celle de l’Etat qui engrange chaque année quelques millions d’euros des PV. Avec Le Figaro

Continuer la lecture

Monde

Bruits de scie… Les derniers mots du journaliste Jamal Khashoggi

Publié

le

 La chaîne CNN a dévoilé la transcription d’un enregistrement audio du meurtre du journaliste saoudien…

« Si vous ne voulez pas entendre ces bruits, mettez vos écouteurs ou écoutez de la musique », dit une voix, résumant l’horreur du moment. La chaîne CNN a dévoilé dimanche ce qu’elle affirme être la transcription d’un enregistrement audio du meurtre de Jamal Khashoggi, le journaliste Saoudien tué le 2 octobre, peu après être entré au consulat saoudien à Istanbul.

A transcript of an audio recording of Jamal Khashoggi’s painful last moments capture a gruesome scene, says a source who has read it https://t.co/oDrtm7tPPW pic.twitter.com/EGGWesEjrp— CNN Breaking News (@cnnbrk) December 9, 2018

Les derniers mots du journaliste auraient été « Je ne peux pas respirer », selon une source de CNN qui dit avoir lu la transcription de cet enregistrement. Cette source, dont la chaîne ne précise pas l’identité, a déclaré que la transcription montre que le meurtre du journaliste saoudien était prémédité et que plusieurs appels téléphoniques ont été faits pendant le meurtre pour décrire le déroulement de l’opération, effectuée au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Selon CNN, des responsables turcs estiment que ces appels téléphoniques étaient adressés à de hauts responsables saoudiens à Riyad.

Bruits de scie

D’après la chaîne américaine, la transcription comporte des descriptions d’une lutte de Khashoggi contre ses meurtriers et fait état de sons enregistrés sur la bande alors que le corps du dissident « était démembré par une scie ». La transcription originale a été effectuée par les services de renseignement turcs. CNN indique que sa source a lu une version traduite de cette transcription et a été informée de l’enquête menée par les autorités turques sur la mort du journaliste.

Par ailleurs, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a annoncé dimanche que Riyad refuse d’extrader vers la Turquie des personnes suspectées d’être impliquées dans l’assassinat de Khashoggi. La Turquie avait demandé mercredi l’arrestation de deux proches du prince héritier Mohammed ben Salmane dans le cadre de l’enquête sur ce meurtre.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé plusieurs fois l’Arabie saoudite à extrader les suspects dans cette affaire. Selon la Turquie, une équipe de quinze Saoudiens a été envoyée à Istanbul pour tuer Khashoggi. Riyad déclare pour sa part qu’il s’agit d’une opération non décidée par les autorités et qui a mal tourné. 20Minutes

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires