Connectez-vous avec nous

Culture

Les salles de cinéma en Algérie : le décoiffant reportage de Hanane

Publié

le

La production cinématographique est rendue à sa plus congrue expression en Algérie. Des 450 salles qui existaient à l’indépendance, il n’en reste qu’une petite quinzaine cantonnée dans de grandes villes.

Ces dernières salles de cinéma ne remplissent qu’accessoirement leur rôle de passeurs de films. Certaines sont oubliées du public qui a depuis des lustres perdu l’habitude d’aller voir des films en salle. D’autres sont devenues des salles des fêtes à la grande satisfaction de responsables qui n’ont rien à voir avec le septième art. « Les Haut-Parleurs » De TV5 a diffusé cette semaine, un reportage qui illustre le chaos du cinéma en Algérie. La réalisatrice Hanane Guendil a dévoilé l’état désastreux de ces salles.

Le constat est implacable. Le recul de la passion pour le 7e art est effarant. Les nouvelles générations ignorent tout des projections en salle obscure. Ce reportage nous renvoie à la figure la situation lamentable des salles de cinéma en Algérie. Restent encore quelques irréductibles réalisateurs et passionnés du septième art qui tiennent contre vents et marées.

Commentaires

Culture

Si Lhadj Mohand Tayeb enterre une 2e fois Mouloud Mammeri

Publié

le

Le choix des caractères d’écriture de tamazight fait sortir du bois les arabo-baathistes et leurs relais kabyles. Après Mohamed Seghir Belaalam, un autre religieux qui s’est convertit en linguiste spécialiste de Tamazight, se pointe en offrant ses services dans le cadre du processus de pollution des langues amazighes. Si Lhadj Mohand Tayeb s’improvise, sans honte, linguiste. Ce sieur milite pour l’écriture en caractère arabe, rien que ça. Voilà comment on enterre une deuxième fois Mouloud Mammeri et plus d’un siècle de travaux de recherche sur tamazight.

Après l’avoir niée, combattu d’une manière impitoyable pendant un demi-siècle, le pouvoir a changé de méthode pour contenir la revendication identitaire amazighe. En l’officialisant et en la confiant à ses plus zélés serviteurs, dignes héritiers de Kacem Naït Belkacem, serviteur patenté de l’arabisme.

Continuer la lecture

Culture

Un Chaoui tresse des lauriers aux femmes Kabyles dans l’émigration

Publié

le

Ce digne fils des Aurès dresse un tableau cinglant sur la situation de langue amazighe dans les foyers chaouis. Pour autant, il fait une analyse pertinente sur les Kabyles. Ce Chaoui reconnaît combien les femmes kabyles tiennent à apprendre à leurs enfants leur langue avant les autres.

Il estime qu’aujourd’hui si les Chaouis ont perdu leur langue,  c’est parce que la femme chaouie ne parle plus à ses enfants en tachaouit.  En effet, les Kabyles dans l’émigration se réunissent de plus en plus pour constituer des associations où la langue est le vecteur central de leur existence. En ce sens, la vidéo de ce Chaoui qui en a gros sur le coeur délivre une vérité vérifiée.

Continuer la lecture

Culture

La presse en ligne algérienne en débat sur France 24

Publié

le

L’édition arabophone de France 24 a accueilli la semaine dernière un débat sur la presse en ligne algérienne. Avec la question : Est-ce que les autorités commencent à reconnaître cette presse ? Vaste débat…

Outre l’activiste et journaliste indépendant Ali Ait Djoudi, la chaîne de télévision a invité Abdou Semmar, responsable d’algeriepart, Saber Ayoub, spécialiste des médias et Abdelkader Kadcha, enseignant universitaire.

Le débat a été évidemment âpre entre un Abdou Semmar qui veut se frayer une reconnaissance de fait en haut lieu pour exercer son métier de journaliste et un débatteur comme Ali Aït Djoudi qui inscrit l’existence et la liberté de la presse en ligne dans un processus global qui doit toucher toute l’Algérie… A chacun son avis.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

Tags

Populaires