Connectez-vous avec nous

Actu

Qui se souvient d’Abderrahmane Farès, le président de l’Exécutif provisoire ?

Publié

le

Né en 1911 à Akbou, Abderrahmane Farès a exercé comme notaire à Koléa. Il sera conseiller général d’Alger, membre de la première Assemblée constituante française de 1946, membre puis président de l’Assemblée nationale. Abderrahman Farès a signé, en septembre 1955, le Manifeste des 61 délégués du 2e Collège. Ceux-ci, doutant de la France, rejettent l’intégration préconisée par le gouverneur Soustelle et se réfèrent ouvertement à la « nationalité algérienne ».

En septembre 1956, interviewé par Le Monde, Farès prend, sans équivoque, position en faveur du Front de libération national. Au cours de l’été de 1958, il est reçu à l’Élysée, tandis qu’il a de nombreux contacts avec les leaders algériens en Suisse. L’offre de « paix des braves », faite par de Gaulle en octobre, lui paraît maladroite et incomplète. La fin de non-recevoir opposée par le gouvernement provisoire de la République algérienne (G.P.R.A.) à cette offre lui est imputée, tandis que ses fréquentes visites à Ben Bella à Turquant ne passent pas inaperçues. Arrêté en novembre 1961 et inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État, il sera libéré au lendemain des accords d’Évian et se verra confier la présidence de l’Exécutif provisoire algérien, c’est-à-dire la mission qui doit conduire à l’indépendance un pays livré aux violences de l’Organisation armée secrète. Il mettra fin à celles-ci en négociant en mars 1962 avec Jean-Jacques Susini.

L’indépendance proclamée, il se met au service du bureau politique de Ben Bella (en conflit avec le G.P.R.A.) à qui il remettra, le 27 septembre 1962, les pouvoirs de l’Exécutif provisoire. Membre de l’Assemblée nationale algérienne, il ne cache pas ses sentiments hostiles au pouvoir dont les réformes révolutionnaires lui paraissent trop rapides. Il est alors balayé par le régime qu’il avait servi.

Placé en résidence surveillée en juillet 1964, dans le Sud algérien, il est libéré par Ben Bella en juin 1965, en même temps que plusieurs personnalités de l’opposition. Évincé de son étude de notaire lors de la nationalisation de cette profession en 1971, Farès partage ensuite son temps entre sa résidence de Koléa et des voyages en Europe. Il est décédé en 1991.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Des supportrices de la JSK de plus en plus nombreuses au stade

Publié

le

Révolution des moeurs à la Jeunesse sportive de Kabylie.  Au stade du 1 er Novembre, les femmes ont désormais leur place. Ce qui est invraisemblable ailleurs où la violence sévit. Les résultats sont revenus avec l’arrivée du nouveau président Cherif Mellal. Une équipe revigorée avec Miloud Iboud comme porte-parole. Et Ali Fergani à qui il confiera la présidence de l’Académie du club.

Pour couper court à la violence, au stade de Tizi Ouzou, des caméras de surveillance ont été installées autour et sur les gradins du stade. «Tout jet de projectiles, de fumigènes dans le stade ou autres débordements seront sévèrement sanctionnés. Les commanditaires seront arrêtés et déférés devant la justice. S’il vous plaît, nos frères supporters, le club a besoin de votre discipline », avait alors lancé aux supporters l’équipe de communication du club.

Il y a donc une volonté de construire sur des bases saines et dans un climat de sérénité. D’où l’apparition des premières supportrices sur les gradins. A Tizi-Ouzou, de plus en plus de jeunes supportrices des Canaris viennent suivre leur club favoris localement. De là à suivre la JSK en déplacement ailleurs, il faudra sans doute attendre un peu.

 

 

Continuer la lecture

Actu

Le débit Internet fixe passe à 2 mégas avec une baisse du tarif

Publié

le

 Le débit Internet fixe passera à 2 mégas/bits avec une baisse du coût de la prestation, a annoncé jeudi la ministre de la Poste, des Télécommunications, des technologies et du Numérique, Houda Imane Feraoun.

« Tous les Algériens connectés à internet aujourd’hui à 1 méga verront, automatiquement le débit passer à 2 mégas, le minimum requis pour accéder à une vidéo et autres services à valeur ajoutée », a annoncé la ministre sur les ondes de la Radio nationale, expliquant que l’opérateur public Algérie Télécom « ne fera plus d’offres à moins de 2 mégas ».

Elle a ajouté par ailleurs que le tarif de ce service passera de 2.600 DA à 1.600 DA, effectif à partir du 1 er janvier 2019.

Dans le même registre, la ministre a relevé que les pouvoirs publics ont toujours œuvré pour parvenir à « une connexion pour tous avec l’amélioration de la qualité, mais aussi avec une baisse des prix pour que ce soit accessible pour tout le monde ».

Relevant que l’objectif consistait à permettre à chaque Algérien « un accès à internet avec un prix abordable », Mme Feraoun a soutenu que « l’accès à internet en Algérie est une réalité », relevant que le pays compte un réseau étendu sur toutes les wilayas en zones urbaines comme en zones rurales. APS

Continuer la lecture

Actu

40 blessés à l’issue du match MCA-USMBA

Publié

le

Une quarantaine de personnes, dont 18 policiers, ont été blessées mardi soir, lors de violences à l’issue d’un match de première division de football à Alger, a annoncé mercredi la police algérienne qui dit enquêter sur de possibles violences policières.

La défaite 0-1 à domicile du Mouloudia Club d’Alger (MCA) face à l’USM Bel Abbès (USMBA) a provoqué la colère de supporters algérois, dont certains ont arraché les sièges du stade avant de les jeter sur le terrain ou contre des policiers, selon le site spécialisé dzfoot.com.

Lors de ces violences, « 18 policiers ont été blessés, dont 4 grièvement, ainsi que 22 supporters » et « 10 véhicules de la police, une ambulance de la protection civile et un véhicule particulier » ont été endommagés, détaille la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN, Direction de la police algérienne) dans un communiqué.

Des bavures policières ?

Selon ce communiqué, 42 supporters ont été arrêtés, pour « troubles à l’ordre public, port d’armes blanches ou possession de drogues et psychotropes ». Par ailleurs, une enquête est ouverte « sur l’authenticité de la vidéo partagée sur les réseaux sociaux, montrant un comportement inapproprié de certains agents de maintien de l’ordre lors de l’exercice de leurs fonctions », annonce la DGSN.

Sur cette vidéo, on voit des policiers en civil, munis de matraque, utiliser à leur tour comme projectiles les chaises en plastique dont ils sont la cible. On y voit aussi un jeune supporter à terre être violemment matraqué par plusieurs policiers.

Depuis plusieurs années, les stades de football d’Algérie sont le théâtre de violences quasi-hebdomadaires entre supporters, contre la police mais aussi parfois contre les joueurs. Environ 80 personnes, dont une trentaine de policiers, avaient déjà été blessées mi-octobre à Bordj Bou Arreridj (200 km au sud-est d’Alger) à l’issue d’un match de première division entre le club local, le CABBA, et le MCA.

Avec AFP
Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires