Connectez-vous avec nous

Politique

Une sénatrice renvoyée du Sénat après une brouille avec Tayeb Louh

Publié

le

Qui a dit que le Sénat est l’antre de la liberté d’expression ? La sénatrice Zohra Guerrab vient de l’apprendre à ses dépens ! Elle a été renvoyée dimanche 29 avril après son altercation avec Tayeb Louh en plein séance plénière au Sénat. Le tort de  la sénatrice Zohra Guerrab ? Elle a tenté d’exposer un problème juridique personnel avec une voisine. « Ayant le statut de sénatrice et je n’ai pas obtenu gain de cause auprès de la justice de mon pays car ma voisine est une juge. J’imagine alors d’avance le sort d’un simple citoyen qui aurait eu le même problème », s’est plainte la sénatrice, ce qui n’a pas plu au courageux Louh, qui, le doigt sur la couture rappellé à la sénatrice le mantra des conseils de « fakhamatouhou Abdelaziz Bouteflika ».

Pas de question domestique au Sénat, lui a-t-on rétorqué avec autorité. Elle a été renvoyée dare-dare avant la fin de la séance.

Le président du sénat, Bensalah Abdelkader, lui s’est réfugié dans le règlement intérieur du sénat qui interdit l’exposition des problèmes personnels pour remettre en place la sénatrice. Mais la déclaration de la sénatrice est une fléchette planté dans le dos du ministre Tayeb Louh. Lui qui a d’ailleurs répondu, se cachant aussi derrière des circonvolutions au lieu de répondre sur le fond : « Nul ne peut user de son statut ou de sa fonction pour influer sur les décisions de la justice en Algérie, et ceci selon les instructions du président de la république Abdelaziz Bouteflika ». Voilà comment on expédie les indélicats qui critiquent la justice au Sénat.

Suivre ci-dessous les déclarations de la sénatrice :

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Bouaiche Chafaa : le départ de Bouteflika est un préalable

Publié

le

Le député Bouaïche Chafaa, ex-FFS, a mis en ligne hier une vidéo dans laquelle il revient sur la situation actuelle et le long règne de Abdelaziz Bouteflika. Il dénoncera les Saïd Bouteflika, Ali Heddad, Kouninef, qui ont dilapidé les richesses du pays.

L’élu de la région de Béjaïa, Bouaïche Chafaa, appelle les Algériens à être des millions vendredi prochain dans les rues pour se réapproprier le destin de l’Algérie et récupérer l’indépendance confisquée en 1962.

#فيديوشافع بوعيش: "على بوتفليقة أن يستقيل فورا كتمهيد للتغيير الجذري للنظام إستجابة لمطالب الشعب الجزائري."

Publiée par ‎بجاية كن المراقب Béjaia Sois l'observateur‎ sur Mercredi 20 mars 2019
Continuer la lecture

Actu

Après le FLN et le RND, le SNJ de Kamel Amarni rejoint la révolution !

Publié

le

Après le FLN et le RND qui ont rejoint le peuple dans son mouvement pour le changement, c’est le Syndicat national des journalistes (SNJ) de Kamel Amarni du Soir d’Algérie qui signe, aujourd’hui 20 mars, une déclaration dans laquelle il apporte, « de manière spontanée et désintéressée », son soutien à la Révolution.

« Cette révolution populaire contre le cinquième mandat, puis le prolongement du quatrième et, tout bonnement contre le régime de Abdelaziz Bouteflika suscite, à la fois, l’admiration de tous et l’espoir de tout un chacun pour un avenir meilleur, dans une Algérie démocratique, solidaire, ouverte sur le monde et sur l’universalité », écrit le SG du SNJ.

« Naturellement, de manière spontanée et désintéressée, Le Syndicat national des journalistes ne peut que saluer cette révolution citoyenne, s’enorgueillir et, bien sur, s’y inscrire », lit-on encore dans la déclaration.

Le SNJ rappelle que sa « raison d’être » est « la défense des intérêts moraux et matériels de la corporation (…), de la liberté de la presse et d’expression et des principes démocratiques , de l’Etat de droit et des droits de l’homme, en général ». Des « positions doctrinales » pour lesquelles le SNJ aurait été victime de la « censure systématique dans les médias officiels et, malheureusement aussi, certains supports privés ou indépendants ».

Le SNJ apporte aussi son soutien « à l’ensemble des consœurs et confrères, travaillant dans les médias étatiques et qui revendiquent leur droit légitime d’exercer librement leur métier, ne se soumettant qu’aux normes universellement convenus en la matière ».

Il faut rappeler que le SNJ n’a pas tenu son congrès depuis 1999. Son conseil national ne s’est pas réuni depuis 2003 et son bureau national n’a pas été renouvelé depuis 2007. Kamel Amarni, journaliste au Soir d’Algérie, est secrétaire général par intérim, depuis la démission de Rabah Abdellah, actuellement journaliste à Liberté.

Amélia Guatri

Continuer la lecture

Politique

Bouchachi humilie un des courtisans de Bouteflika

Publié

le

Les courtisans qui font passer leur brosse à reluire sur tout ce qui concerne le président Bouteflika n’ont pas froid aux yeux.

M. Mustapha Nouassa, rappelons-nous de ce célèbre nom. Suivez cet individu nourri d’un cynisme primaire qui parle de la santé du président sans savoir ce qu’il y a réellement.

L’individu qui s’investit défenseur d’un homme grabataire est humilié par Bouchachi.

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires