Connectez-vous avec nous

Actu

Le récit glaçant de l’assassinat d’Angélique

Publié

le

« Il a eu envie d’elle. » Le procureur de la République de Lille a livré, lundi 30 avril, un récit glaçant du meurtre de la petite Angélique. Thierry Pocquet du Haut-Jussé a d’abord évoqué le passé judiciaire du suspect, un homme de 45 ans voisin de l’adolescente de 13 ans.

Le procureur de Lille a en effet livré un récit terrible. Lors d’une conférence de presse, Thierry Pocquet du Haut-Jussé a précisé les circonstances de la mort d’Angélique, dont le corps a été retrouvé dimanche 29 avril à Quesnoy-sur-Deûle. Il a notamment expliqué que le décès était lié à une « asphyxie traumatique ». Lors de la découverte du corps dimanche vers 1 h 45, a relaté le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé, « le corps de la jeune fille est entièrement dévêtu, le médecin légiste constate un coup sur la tête et des traces de sang […]. L’autopsie qui vient d’être achevée a confirmé des traces compatibles avec les abus sexuels reconnus et le décès lié à une asphyxie traumatique. »

Ce père de deux enfants, chauffeur de bus chez Transpole, la société de transports publics lillois, avait été placé en garde à vue samedi 28 avril au soir. Selon le procureur, il exprime beaucoup de regrets. Dans des lettres écrites après son crime et adressées à sa famille, « il parle de troubles, de pulsions, de choses de sa vie qui sont en désordre ».

Lors de son interrogatoire, le suspect a détaillé la journée de mercredi, qui était son jour de repos. Sa famille étant en vacances dans le sud de la France, David R. était seul chez lui. Le procureur a expliqué qu’il serait allé dans un sex-shop lillois afin d’y acheter « des pilules contre les troubles de l’érection » et de la bière. Il en aurait bu trois cannettes puis se serait endormi devant la télévision.

David R. a expliqué aux enquêteurs être passé devant le jardin où jouait la jeune fille, une ancienne voisine qu’il connaît. « Il dit qu’il a eu envie d’elle et de la ramener chez lui : il dit C’était plus fort que moi, j’étais comme dans un état second », a relaté le procureur. Prétextant avoir des objets à lui remettre pour ses parents, il l’amène chez lui. « Il la fait parler et très rapidement en vient à poser des questions de plus en plus intimes, elle cherche à partir, et comme il l’en empêche, elle se met à crier », a poursuivi le magistrat. Tout s’enchaîne ensuite en moins d’un quart d’heure : il la maintient de force, la déshabille, l’emmène dans les toilettes et s’y enferme à clé avec elle. « Comme elle tente de se débattre, il lui donne une gifle, puis va lui imposer une fellation et des pénétrations digitales », a continué Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Ensuite, il prend le pantalon de la jeune fille, qu’il passe autour de son cou et l’étrangle. Il indique que lorsqu’elle a commencé à se débattre, il a compris qu’il fallait qu’il la tue », a-t-il ajouté.

Ouverture d’une information judiciaire

Une information judiciaire va être ouverte pour séquestration, viol et meurtre sur mineure de moins de 15 ans, a annoncé le procureur de Lille. Le principal suspect, David R., 45 ans, « va être présenté dans quelques instants » devant un juge d’instruction, a rapporté Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Une information va être ouverte par le parquet, […] provisoirement les qualifications sont séquestration sur mineur de moins de 15 ans en vue de préparer la commission d’un crime, viol et meurtre commis sur mineur de moins de 15 ans, et nous avons demandé la co-saisine de deux juges d’instruction », a-t-il dit.

Condamné en 1996 pour « viol avec arme », « attentats à la pudeur aggravés » et « vol avec violence », l’homme était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS). Il n’était pas soumis à une obligation de soins, a précisé le magistrat. Depuis, le suspect « respecte globalement les obligations que cette inscription entraîne, c’est-à-dire une présentation tous les ans aux services de police et le signalement de ses changements d’adresse », a ajouté Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Le fichier a été extrêmement utile pour nous parce qu’il a la particularité d’avoir l’historique des domiciles et donc en recherchant sur Wambrechies on a trouvé cette personne et nous nous sommes rendus compte qu’elle habitait (autrefois) dans le même immeuble que la petite Angélique », a pour sa part affirmé le directeur régional de la PJ Romuald Muller.

Avec AFP

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Algérie : fuites de devises alarmantes

Publié

le

Il n’y a plus une semaine où la police des frontières n’arrête pas des individus dont les valises sont remplies de dizaines de milliers d’euros et autres devises fortes. Les trafiquants et autres magnats ne se contentent plus de blanchir leurs devises en Algérie, devenue un marché à risque.

Il est vrai que la situation est des plus inquiétantes avec des indicateurs économiques déprimants et une situation sociale des plus explosives.

Ainsi pas loin qu’hier lundi 19 novembre les services de la police des Frontières (PAF) de l’aéroport international d’Alger ont déjoué deux nouvelles tentatives de transferts illicites de devises à l’étranger. A la clé ? La saisie de pas moins de 75.100 euros.

Pas seulement, dans un communiqué, la DGSN informe que ses services ont interpellé une personne qui tentait de transférer, illégalement 25.700 euros, à partir de l’aéroport international d’Alger. L’individu s’apprêtait à prendre un vol en direction de Dubaï (Emirats Arabes Unis).

Tenez-vous bien, le compte n’y est pas encore. Une tentative d’évasion de 47.400 euros au niveau du même aéroport a été aussi éventée.

Là ce n’est que le récapitulatif d’une poignée de jours avec au final : 150 000 euros qui devait prendre le chemin de l’étranger. Question : combien de trafiquants ont réussi à passer entre les mailles des douaniers et des policiers ? Mystère.

 

Continuer la lecture

Actu

Des supportrices de la JSK de plus en plus nombreuses au stade

Publié

le

Révolution des moeurs à la Jeunesse sportive de Kabylie.  Au stade du 1 er Novembre, les femmes ont désormais leur place. Ce qui est invraisemblable ailleurs où la violence sévit. Les résultats sont revenus avec l’arrivée du nouveau président Cherif Mellal. Une équipe revigorée avec Miloud Iboud comme porte-parole. Et Ali Fergani à qui il confiera la présidence de l’Académie du club.

Pour couper court à la violence, au stade de Tizi Ouzou, des caméras de surveillance ont été installées autour et sur les gradins du stade. «Tout jet de projectiles, de fumigènes dans le stade ou autres débordements seront sévèrement sanctionnés. Les commanditaires seront arrêtés et déférés devant la justice. S’il vous plaît, nos frères supporters, le club a besoin de votre discipline », avait alors lancé aux supporters l’équipe de communication du club.

Il y a donc une volonté de construire sur des bases saines et dans un climat de sérénité. D’où l’apparition des premières supportrices sur les gradins. A Tizi-Ouzou, de plus en plus de jeunes supportrices des Canaris viennent suivre leur club favoris localement. De là à suivre la JSK en déplacement ailleurs, il faudra sans doute attendre un peu.

 

 

Continuer la lecture

Actu

Le débit Internet fixe passe à 2 mégas avec une baisse du tarif

Publié

le

 Le débit Internet fixe passera à 2 mégas/bits avec une baisse du coût de la prestation, a annoncé jeudi la ministre de la Poste, des Télécommunications, des technologies et du Numérique, Houda Imane Feraoun.

« Tous les Algériens connectés à internet aujourd’hui à 1 méga verront, automatiquement le débit passer à 2 mégas, le minimum requis pour accéder à une vidéo et autres services à valeur ajoutée », a annoncé la ministre sur les ondes de la Radio nationale, expliquant que l’opérateur public Algérie Télécom « ne fera plus d’offres à moins de 2 mégas ».

Elle a ajouté par ailleurs que le tarif de ce service passera de 2.600 DA à 1.600 DA, effectif à partir du 1 er janvier 2019.

Dans le même registre, la ministre a relevé que les pouvoirs publics ont toujours œuvré pour parvenir à « une connexion pour tous avec l’amélioration de la qualité, mais aussi avec une baisse des prix pour que ce soit accessible pour tout le monde ».

Relevant que l’objectif consistait à permettre à chaque Algérien « un accès à internet avec un prix abordable », Mme Feraoun a soutenu que « l’accès à internet en Algérie est une réalité », relevant que le pays compte un réseau étendu sur toutes les wilayas en zones urbaines comme en zones rurales. APS

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires