Connectez-vous avec nous

Actu

Le récit glaçant de l’assassinat d’Angélique

Publié

le

« Il a eu envie d’elle. » Le procureur de la République de Lille a livré, lundi 30 avril, un récit glaçant du meurtre de la petite Angélique. Thierry Pocquet du Haut-Jussé a d’abord évoqué le passé judiciaire du suspect, un homme de 45 ans voisin de l’adolescente de 13 ans.

Le procureur de Lille a en effet livré un récit terrible. Lors d’une conférence de presse, Thierry Pocquet du Haut-Jussé a précisé les circonstances de la mort d’Angélique, dont le corps a été retrouvé dimanche 29 avril à Quesnoy-sur-Deûle. Il a notamment expliqué que le décès était lié à une « asphyxie traumatique ». Lors de la découverte du corps dimanche vers 1 h 45, a relaté le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé, « le corps de la jeune fille est entièrement dévêtu, le médecin légiste constate un coup sur la tête et des traces de sang […]. L’autopsie qui vient d’être achevée a confirmé des traces compatibles avec les abus sexuels reconnus et le décès lié à une asphyxie traumatique. »

Ce père de deux enfants, chauffeur de bus chez Transpole, la société de transports publics lillois, avait été placé en garde à vue samedi 28 avril au soir. Selon le procureur, il exprime beaucoup de regrets. Dans des lettres écrites après son crime et adressées à sa famille, « il parle de troubles, de pulsions, de choses de sa vie qui sont en désordre ».

Lors de son interrogatoire, le suspect a détaillé la journée de mercredi, qui était son jour de repos. Sa famille étant en vacances dans le sud de la France, David R. était seul chez lui. Le procureur a expliqué qu’il serait allé dans un sex-shop lillois afin d’y acheter « des pilules contre les troubles de l’érection » et de la bière. Il en aurait bu trois cannettes puis se serait endormi devant la télévision.

David R. a expliqué aux enquêteurs être passé devant le jardin où jouait la jeune fille, une ancienne voisine qu’il connaît. « Il dit qu’il a eu envie d’elle et de la ramener chez lui : il dit C’était plus fort que moi, j’étais comme dans un état second », a relaté le procureur. Prétextant avoir des objets à lui remettre pour ses parents, il l’amène chez lui. « Il la fait parler et très rapidement en vient à poser des questions de plus en plus intimes, elle cherche à partir, et comme il l’en empêche, elle se met à crier », a poursuivi le magistrat. Tout s’enchaîne ensuite en moins d’un quart d’heure : il la maintient de force, la déshabille, l’emmène dans les toilettes et s’y enferme à clé avec elle. « Comme elle tente de se débattre, il lui donne une gifle, puis va lui imposer une fellation et des pénétrations digitales », a continué Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Ensuite, il prend le pantalon de la jeune fille, qu’il passe autour de son cou et l’étrangle. Il indique que lorsqu’elle a commencé à se débattre, il a compris qu’il fallait qu’il la tue », a-t-il ajouté.

Ouverture d’une information judiciaire

Une information judiciaire va être ouverte pour séquestration, viol et meurtre sur mineure de moins de 15 ans, a annoncé le procureur de Lille. Le principal suspect, David R., 45 ans, « va être présenté dans quelques instants » devant un juge d’instruction, a rapporté Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Une information va être ouverte par le parquet, […] provisoirement les qualifications sont séquestration sur mineur de moins de 15 ans en vue de préparer la commission d’un crime, viol et meurtre commis sur mineur de moins de 15 ans, et nous avons demandé la co-saisine de deux juges d’instruction », a-t-il dit.

Condamné en 1996 pour « viol avec arme », « attentats à la pudeur aggravés » et « vol avec violence », l’homme était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS). Il n’était pas soumis à une obligation de soins, a précisé le magistrat. Depuis, le suspect « respecte globalement les obligations que cette inscription entraîne, c’est-à-dire une présentation tous les ans aux services de police et le signalement de ses changements d’adresse », a ajouté Thierry Pocquet du Haut-Jussé. « Le fichier a été extrêmement utile pour nous parce qu’il a la particularité d’avoir l’historique des domiciles et donc en recherchant sur Wambrechies on a trouvé cette personne et nous nous sommes rendus compte qu’elle habitait (autrefois) dans le même immeuble que la petite Angélique », a pour sa part affirmé le directeur régional de la PJ Romuald Muller.

Avec AFP

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Bettache : « Si Alger est mal classée c’est parce que l’Algérie soutient la Palestine et le Polisario » 

Publié

le

Triste performance ! Alger la blanche est classée parmi les huit villes les pires à vivre au niveau mondial, selon une étude de The Economist, un magazine économique britannique.  Le classement des 140 villes citées est basé sur une série de critères dont la sécurité (criminalité ou terrorisme), la stabilité, les infrastructures, les transports, la qualité de l’environnement, l’offre culturelle, l’accès aux soins de santé et à l’éducation.

Le classement établi par Economist Intelligence Unit mentionne ainsi 6 pays africains dans le Top 10 des villes les moins agréables : Dakar (Sénégal), Alger (Algérie), Douala (Cameroun), Tripoli (Libye), Harare (Zimbabwe), Lagos (Nigeria).

Et que dit Abdelhakim Bettache, le maire d’Alger-centre ? Eh bien, en digne serviteur du système, il a botté en touche. Pour défendre « sa » ville, il s’en va avancer des arguments les plus farfelus. Florilèges : Pour notre lumineux maire d’Alger, attablé à une terrasse sous la surveillance sourcilleuse de ses gardes du corps, si sa ville est mal classée « c’est parce que l’Algérie soutient la Palestine et les Sahraouis ». Invraisemblable !

Jaloux ces journalistes britanniques qui osent classer Alger juste derrière Dakar ! Si l’on comprend cet édile transfuge du MPA d’Amara Benyounès, l’autoroute est-ouest est un acquis (où est le lien ?). Et puis la sécurité à Alger n’est pas celle de Tripoli, rongée par la guerre ! Et pourtant…

Continuer la lecture

Actu

Les effets dévastateurs de l’incinération des déchets sur la santé à Sidi Aïch

Publié

le

Sidi Aïch dans la vallée de la Soummam et la rivière qui la traverse. De cette ancienne coquette cité, il ne reste que les effluves de l’incinération des déchets les plus variés en plus de la pollution des usines qui déversent leurs liquides directement dans la rivière. A maintes reprises des sonnettes d’alarme ont été tirées sur la situation écologique catastrophique de cette région. Peine perdue.

Pourtant il y va de la santé de la population et de l’avenir de toute cette localité. L’oued Soummam subit les assauts irresponsables de l’homme et l’incompétence des autorités locales. Pourtant les risques encourues par la population ne sont pas minces.

Selon un rapport l’incinération des déchets a de terribles effets sur la santé. « Les dioxines et substances apparentées causent des cancers du foie, du tube digestif et du sang (1). Elles sont également considérées comme responsables d’affections dermatologiques (acné chlorée), cardio-vasculaires, hépatiques et endocriniennes, ainsi que de troubles du développement des organes sexuels et de la reproduction. Cette dernière propriété pourrait constituer leur principale toxicité puisqu’elles seraient capables de dérégler la fonction des hormones sexuelles et ceci à des doses qui correspondent à l’actuelle exposition de la population », lit-on en liminaire.

Cette vidéo mise en ligne montre les effets dévastateurs sur l’environnement. Les fumées qui empestent les environs, en plus de la pollution de la rivière qui coule juste en contrebas du terrain d’incinération.

« Il faut que ça s’arrête, il est inacceptable que ça existe en 2018 », crie ce vidéaste qui montre des images insoutenables d’une décharge à ciel ouvert dont les conséquences écologiques sont inévitablement terribles.

Combien de villes algériennes commettent ce genre d’attentat contre l’environnement ? Trop nombreuses malheureusement.

| LIRE AUSSI :

Gravisssime. Regardez la pollution de cette plage algéroise !!!

Arrêt sur image. A Bou Ismaïl (Tipaza), une rivière de bouteilles jonge la plage

Continuer la lecture

Actu

Aussaresses : Eh bien on a tué Maurice Audin au couteau !

Publié

le

Il était jeune mathématicien, communiste, militant au Parti communiste algérien. Maurice Audin était surtout un partisan de l’indépendance algérienne. Il avait donné sa vie pour cet objectif. Le 11 juin 1957, Maurice Audin est arrêté à son domicile par les parachutistes du général Massu. Il est soupçonné d’héberger des membres de la cellule armée du Parti communiste algérien. Il est emprisonné et torturé au centre d’EI Biar aux côtés d’Henri Alleg, ancien directeur du journal Alger républicain et futur auteur de La Question, livre dénonçant la torture.

Malgré les coups et la «gégène», Henri Alleg s’en sortira vivant. Mais Audin, que lui est-il arrivé ? Le 21 juin, Josette Audin, qui a remué ciel et terre pour obtenir des nouvelles de son mari, apprend qu’il s’est évadé du centre d’EI Biar. Maurice Audin ne réapparaîtra plus jamais. Depuis c’est le silence radio des autorités françaises qui se refuse de reconnaître un crime d’Etat. Comme d’ailleurs tous les autres milliers d’Algériens torturés sur la mort. La torture et la guerre d’Algérie est une tache noire dans l’histoire française.

Pour éclairer l’affaire Audin,  le journaliste Jean-Charles Deniau, écrivain et réalisateur de documentaires historiques et d’investigation, mène l’enquête.

De Paris à Alger, de l’Alsace au sud de la France, il a croisé les sources, rencontré les derniers protagonistes vivants, recueilli leurs ultimes confessions. Ce ne sont plus des témoignages mais des aveux hallucinants de la dernière heure, et notamment ceux du général Aussaresses qui n’a pas emporté ses secrets dans la tombe. Voici, dans un récit précis, haletant, la reconstitution des journées de juin 1957 et d’une disparition extraordinaire.

Il a sorti un livre aussi » La vérité sur la mort de Maurice Audin » de Jean-Charles Deniau chez Ed. des Equateurs (Sainte-Marguerite-sur-Mer, France).

Dans ce témoignage, vous allez découvrir certaines vérités tues depuis des années.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires