Connectez-vous avec nous

Actu

Trois membres d’une famille noyés dans les inondations de Tiaret

Publié

le

Trois membres d’une même famille dont deux  enfants sont morts après avoir été emportés par les eaux de l’Oued en crue,  dans la commune d’Ain Bouchekif (wilaya de Tiaret), suite aux fortes pluies   enregistrées depuis mercredi, a-t-on appris jeudi auprès du groupement   territorial de la gendarmerie nationale.

La même source a indiqué que les trois victimes sont mortes noyées à bord   de leur véhicule emporté par les crues de l’oued. Il s’agit du père âgé de   60 ans, d’une fillette de 11 ans et d’un nourrisson de 2 ans. Deux autres   enfants ont été secourus.  Les services de la protection civile de la wilaya, qui sont intervenus   mercredi soir pour rechercher ces victimes portées disparues ont retrouvé   les corps du père et de sa fille. Celui du nourrisson a été retrouvé la   mi-journée de jeudi, a-t-on ajouté.

Les mêmes services ont enregistré plus de 120 interventions depuis   mercredi suite aux inondations qu’a connues la région, surtout les communes   de Tiaret, Madna, Ain Bouchekif, Dahmouni, Frenda, Ain Dhab et Ain Kermis.   Ces interventions ont permis de sauver des dizaines d’automobilistes   cernées par la crue des eaux et d’autres dont les voitures étaient en panne   suite aux torrents ayant perturbé le trafic routier.

Les interventions des pompiers ont aussi permis de pomper des eaux dans   des dizaines de maisons, d’édifices et de routes coupées par les torrents   charriant pierres et troncs d’arbres, notamment dans la commune de Tiaret.   Les eaux d’un oued ont également inondé le tunnel à hai (quartier) « Regina »   et la voie d’évitement de la RN 23 à hai Lalla El Abdia.

 Les services de la gendarmerie nationale ont précisé que la plupart des   routes dans la wilaya, bloquées provisoirement à cause des fortes pluies   accompagnées de grêle, ont été rouvertes progressivement.   Le trafic routier reste toutefois difficile au niveau des chemins de   wilaya (CW 3) entre les communes de Méghila et Sidi Hassni, CW 1 entre   Meghila et Ammari (Tissemssilt) et CW 77 entre Zemala Emir Abdelkader et   Ksar Chellala.
 APS
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Premier League Tokyo 2018/finale : Kiyou Shimizu vs Sandra Sanchez Jaime

Publié

le

La karatéka espagnole Sandra Sanchez Jaime a été consacrée championne du monde en kata à Tokyo dans une finale qui l’a opposée à la Japonaise Kiyou Shimizu.

Observez la maîtrise des gestes, le souffle, les mouvements du corps qui épouse l’ensemble et la parfaite synchronisation dans les enchaînements.

Continuer la lecture

Actu

Après la mort d’un homme interpellé : grève et situation confuse à Batna ?

Publié

le

Pour la deuxième fois, en une semaine les citoyennes et les citoyens observent une grève générale et une marche à Taxalent, Batna, tiennent un rassemblement aujourd’hui 13 novembre pour pour exiger la vérité et la justice sur l’assassinat du jeune Soltane Hrigua. Les versions sur la mort de cet homme divergent.

Selon une de nos sources, la mort du jeune n’est pas causée par un quelconque acte de torture mais il est décédé d’un arrêt cardiaque dû à une overdose de produits psychotropes.

« La famille a inventé la cause de la torture afin que la cause réelle de la mort ne soit pas découverte par l’imam pour qu’il ne refuse pas de faire la prière sur la dépouille du malheureux jeune homme », nous a révélé cette source.

Cependant une autre version circule. Celle d’une mort suite à un acte de torture dans la brigade de gendarmerie. C’est cette version qui a mis la rue vent debout. Qui dit vrai ?

Les autorités doivent apporter un éclairage pour éviter le pourrissement.

Continuer la lecture

Actu

Abdou Semmar : « Nous assumons tout ce que nous avons écrit »

Publié

le

Abdou Semmar et Merouane Boudiab, journaliste à Algeriepart ont été relaxés jeudi 8 novembre au bout d’un procès aux allures kakaïènes. Un collège d’une trentaine d’avocats a défendu les deux journalistes de la presse en ligne arrêtés le 23 octobre dernier sur plainte d’Anis Rahmani (patron d’Ennahar Tv) et d’Abdelkader Zoukh, wali d’Alger.

Au terme de ce procès, Abdou Semmar s’est confié pour déclarer qu’il n’a rien renié de ce qu’il a écrit sur son site internet.  « Je continuerai à écrire, quitte à perdre ma vie », promet-il.

Néanmoins d’autres journalistes sont toujours en prison. Ainsi le procès de Chitour aura lieu le 11 novembre. Et celui d’Abdelkrim Zéghilèche, animateur de la webradio Sarbacane et militant de Mouwatan aura lieu le 13 novembre.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires