Connectez-vous avec nous

Actu

Trois membres d’une famille noyés dans les inondations de Tiaret

Publié

le

Trois membres d’une même famille dont deux  enfants sont morts après avoir été emportés par les eaux de l’Oued en crue,  dans la commune d’Ain Bouchekif (wilaya de Tiaret), suite aux fortes pluies   enregistrées depuis mercredi, a-t-on appris jeudi auprès du groupement   territorial de la gendarmerie nationale.

La même source a indiqué que les trois victimes sont mortes noyées à bord   de leur véhicule emporté par les crues de l’oued. Il s’agit du père âgé de   60 ans, d’une fillette de 11 ans et d’un nourrisson de 2 ans. Deux autres   enfants ont été secourus.  Les services de la protection civile de la wilaya, qui sont intervenus   mercredi soir pour rechercher ces victimes portées disparues ont retrouvé   les corps du père et de sa fille. Celui du nourrisson a été retrouvé la   mi-journée de jeudi, a-t-on ajouté.

Les mêmes services ont enregistré plus de 120 interventions depuis   mercredi suite aux inondations qu’a connues la région, surtout les communes   de Tiaret, Madna, Ain Bouchekif, Dahmouni, Frenda, Ain Dhab et Ain Kermis.   Ces interventions ont permis de sauver des dizaines d’automobilistes   cernées par la crue des eaux et d’autres dont les voitures étaient en panne   suite aux torrents ayant perturbé le trafic routier.

Les interventions des pompiers ont aussi permis de pomper des eaux dans   des dizaines de maisons, d’édifices et de routes coupées par les torrents   charriant pierres et troncs d’arbres, notamment dans la commune de Tiaret.   Les eaux d’un oued ont également inondé le tunnel à hai (quartier) « Regina »   et la voie d’évitement de la RN 23 à hai Lalla El Abdia.

 Les services de la gendarmerie nationale ont précisé que la plupart des   routes dans la wilaya, bloquées provisoirement à cause des fortes pluies   accompagnées de grêle, ont été rouvertes progressivement.   Le trafic routier reste toutefois difficile au niveau des chemins de   wilaya (CW 3) entre les communes de Méghila et Sidi Hassni, CW 1 entre   Meghila et Ammari (Tissemssilt) et CW 77 entre Zemala Emir Abdelkader et   Ksar Chellala.
 APS
Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Baisse des exportations des hydrocarbures : Sonatrach s’explique

Publié

le

 La baisse de 40% des exportations des hydrocarbures de l’Algérie en janvier 2019 (des exportations de 2,14 milliards de dollars contre 3,6 milliards de dollars en janvier 2018) s’explique par plusieurs facteurs, a souligné lundi le vice-président des activités de commercialisation de Sonatrach, Ahmed El-Hachemi Mazighi, dans un entretien accordé à l’APS.

Selon lui, en janvier 2019, « il y a eu beaucoup de consignations portuaires à cause du mauvais temps. Donc, énormément de cargaisons de brut, de produits raffinés ou de GNL/GPL sont passés du mois de janvier à février ».

« Il ne faut donc pas prendre en considération les chiffres de janvier uniquement, parce que tous les produits liquides qui devaient être envoyés par voie portuaires durant ce mois (janvier 2019) ont glissé vers février 2019 à cause de la fermeture des ports » pour des raisons météorologiques, explique-t-il.

A ce propos, il fait savoir que sur les deux mois de janvier et février 2019 cumulés, l’Algérie a exporté pour 6,086 milliards de dollars contre 6,630 milliards de dollars durant la même période de 2018.

« Nous avons donc une baisse de 8% qui reflète la baisse des prix moyens des réalisations de nos exportations: sur les deux premiers mois de 2018, ce prix était de 68 dollars/Tonne d’équivalent pétrole (Tep) avant de tomber à 62,7 dollars/Tep en janvier-février 2019. Le prix de Brent, qui guide les prix de tous les hydrocarbures que nous exportons, a tout simplement baissé légèrement », détaille le même responsable.


Par ailleurs, poursuit M. Mazighi, « nous avons effectivement enregistré une baisse des exportations de gaz par gazoduc. Il faut savoir que notre gaz est destiné à 95% vers le marché européen qui est très saisonnier. Généralement, le plus gros prélèvement se fait pendant l’hiver, alors qu’on a vécu une saison hivernale exceptionnelle qui a été moins froide que d’habitude en Europe du sud. En conséquence, nos clients ont énormément réduit leurs commandes mensuelles, hebdomadaires et journalières. Nous avons même ressenti ce phénomène sur le marché national. Nous avions alors été obligés de réinjecter une part, de plus en plus importante, du gaz au niveau du champ de Hassi R’mel ».

Durant les deux premiers mois de l’année 2019, le volume des exportations par gazoduc a chuté de 23% comparativement à la même période 2018, et ce, en raison de la baisse de la demande des clients européens, soutient-il.

En outre, explicite le même responsable, « les produits raffinés et le pétrole brut jouent le rôle des vases communicants. Sur les deux premiers mois de l’année 2019, on a exporté plus de brut par rapport à la même période de 2018. Et en même temps, comme notre production est soumise aux engagements avec l’OPEP, il se trouve que la production des produits raffinés s’est réduite ».

L’autre facteur cité par M. Mazighi est qu’au niveau du budget 2019, « nous avions prévu l’entrée en production de la nouvelle raffinerie d’Alger un peu plus tôt que le 21 février (date d’inauguration effective). C’est un décalage par rapport à nos prévisions d’exportation. Mais ce moins de produits raffinés exportés a été plus de pétrole brut exporté ». APS

Continuer la lecture

Actu

Paris, les Algériens sortent en masse contre le régime

Publié

le

Pour le cinquième dimanche consécutif, des milliers d’Algériens établis à Paris, sont sortis dans la rue pour exiger le départ de régime Algérien.

La mobilisation est toujours intacte en France.

Plus de 20 000 Algériens ont investi la Place de la République, dans le dixième arrondissement de Paris, pour crier haut et fort leur soutien à leurs frères algériens dans leur combat contre les décideurs dont leur chef, le président Bouteflika.

La manifestation à Paris aujourd’hui, 24 mars 2019, a été marquée encore une fois par un civisme exemplaire. Aucun débordement ni dégât n’a été signalé.

La presse française, écrite comme audiovisuelle, était présente pour couvrir l’événement. « On revient chaque dimanche tant que le régime n’est pas changé chez nous en Algérie », avertit une militante opposante. (voir la vidéo en bas)

Publiée par Azzi Arav Iaziten sur Dimanche 24 mars 2019

Continuer la lecture

Actu

Important rassemblement à Paris pour dégager Bouteflika

Publié

le

Le rendez-vous dominical des Algériens à Paris est devenu une habitude depuis un mois.

Des milliers d’expatriés algériens se sont rassemblés dimanche 24 mars place de la République à Paris pour réclamer le départ du système.

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires