Connectez-vous avec nous

Monde

Des snipers israéliens filment leurs cibles palestiniennes avant de les abattre

Publié

le

L’insoutenable à la caméra. Un Palestinien abattu par un soldat de la « première démocratie » du Proche Orient » sans susciter le moindre émoi. Dans cette vidéo, on voit un sniper israélien qui filme sa victime avant de presser sur la détente et le blesser. Cette vidéo d’un peu plus d’une minute est filmée par un soldat, donc on y voit à travers sa lunette des Palestiniens tenus dans le viseur avant que l’un d’entre eux ne soit abattu. Pourtant, les cibles ne sont pas dangereuses si l’on tient compte de ce qui est filmé. On entend aussi les soldats se réjouir du tir « réussi ». “Fils de pute », a même lancé l’un d’eux. Pire encore, le soldat a aboyé tout fier : “Take that you son of bitches” (Prenez ça, fils de putes !).

Selon le huffpostmaghreb qui a rapporté l’info, la victime est Tamer Abu Daqqa, il a vingt-huit ans, il a été blessé à la jambe. Ce jour-là deux autres jeunes Palestiniens tomberont sous les balles assassines des soldats israéliens.

La vidéo a été trouvée et mise en ligne par le quotidien Haaretz, dans son édition du 11 avril dernier. Le ministère de la Défense de l’Etat hébreu a réagi juste pour préciser que la vidéo a été tournée fin décembre 2017.

Commentaires

Monde

La France lance ses drones pour traquer les terroristes au Sahel

Publié

le

La force française Barkhane utilise quatre drones depuis le Niger. Ces appareils sont redoutables pour traquer les groupes armés terroristes dans le Sahel. Ils peuvent voler 20 heures pour surveiller l’ennemi. France 2 a eu accès aux images filmées par ces drones.

La scène a lieu quelque part dans le désert malien. Ces hommes ne s’en doutent pas, mais au même moment, des militaires français les observent. Ils sont sur la trace de jihadistes. Des images d’une précision étonnante, captées à dix kilomètres d’altitude par le drone Reaper. La France déploie quatre appareils à Niamey, au Niger, pour l’opération antiterroriste Barkhane. 20 mètres de large, quatre tonnes : un gros planeur motorisé bardé d’électronique. Celui-ci part en mission. Son pilote le vérifie exactement comme il le faisait auparavant pour son avion de chasse. Le drone s’élance vers le Mali. À 300 km/h, il fonce vers son objectif. Par liaison satellitaire, il est contrôlé à distance dans ce poste de pilotage. À la manœuvre, d’anciens pilotes de chasse, qui y trouvent un nouvel intérêt.

Des drones armés dès l’année prochaine

À deux pas, dans une pièce sombre et confidentielle, le reste de l’équipage analyse les images en temps réel. Ils pensent avoir identifié les membres d’un groupe terroriste, qui vont enfouir dans le sable un IED, un engin explosif. C’est l’atout majeur du drone : observer en toute discrétion. En relayant les drones en vol, les militaires peuvent observer une cible plusieurs jours d’affilée pour l’identifier ou guider la frappe d’un avion de chasse. Mais dès l’année prochaine, les Reaper français seront eux-mêmes capables de larguer des bombes. La France a commandé six nouveaux appareils, tous armés. Francetvinfo

Continuer la lecture

Monde

« L’Arabie saoudite, un disneyland de l’Islam », estime Pierre Conesa

Publié

le

Pierre Conesa s’en prend sans pitié à l’Arabie saoudite. Il déclare dans cette vidéo d’une chaîne de télé en ligne que l’Arabie saoudite est le « Disneyland de l’islam, tout est faux dans ce pays ».

« C’est un régime politico-religieux à la tête d’une fortune immense et développe une diplomatie religieuse », affirme-t-il en finançant les écoles coraniques et autres opérations de diffusion d’une idéologie planétaire qu’est le wahhabisme. Il ajoute que les Saouds ont détruit les tombes des compagnons du prophète.

Pierre Conesa est un ancien haut fonctionnaire du ministère français de la Défense. Il a publié aux éditions Robert Laffont, « Docteur Saoud et Mister Djihad, la diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite ».

Continuer la lecture

Monde

Emmanuel Macron, quelle arrogance face à un collégien !!!

Publié

le

Le président français Emmanuel Macron a fait preuve d’arrogance suite à une simple réflexion d’un adolescent.

En déplacement ce lundi au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine) dans le cadre des commémorations du 78e anniversaire de l’appel du Général de Gaulle, le 18 juin 1940, Emmanuel Macron s’est montré très agacé, voire donneur de leçon. L’ado se tenait avec ses camarades derrière une barrière en attendant la panse du président. Puis a commencé à entonner les premiers mots du chant révolutionnaire L’Internationale. Puis d’apostropher le président, assez familièrement, par un: « Ça va Manu? ». Ce qui fit monter le sang de Jupiter !

« Non, ça, tu ne peux pas, non, non, non, non » lui a-t-il rétorqué, avant de lui rappeler la solennité du moment. « Tu es là, dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Donc tu peux faire l’imbécile mais aujourd’hui c’est la Marseillaise, le Chant des partisans, donc tu m’appelles ‘Monsieur le président de la République’ ou ‘Monsieur’. D’accord? Voilà », s’emporte le président français.

Le garçon très confus essaye de se rattraper. En vrain.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

Tags

Populaires