Connectez-vous avec nous

Politique

« Allah ma irebahkoum, vous avez fait perdre 20 ans au pays ! »

Publié

le

C’est à une attaque frontale, sans concession que ce journaliste d’Echourouk s’emploie dans cette courte et incisive introduction contre le système Bouteflika. La charge est lourde contre ceux qui nous bernent depuis 20 ans et veulent encore rester au pouvoir.

Le journaliste fait porter la responsabilité des morts de ce pays, des milliers d’exilés, ayant refusé de supporter le népotisme, la corruption, l’incompétence d’une clique prédatrice et avide.

Vingt ans de règne sans partage avec un pétrole à 120 dollars. Deux décennies et 1000 milliards gâchés dans des projets dépourvus de moindre création de richesses. Des milliards sortis du pays et placés dans des banques étrangères. 1000 milliards plus tard et les hôpitaux algériens sont devenus des mouroirs pendant que la nomenklatura et sa progéniture se soigne en France, en Suisse et ailleurs pour le moindre bobo. 1000 milliards dépensés et l’Algérie est toujours incapable d’assurer une production de lait à hauteur des besoins de la population. En dépit de l’énorme gâchis, Ould Abbès et ses semblables nous promettent un cinquième mandat pour un président incapable de tenir une discussion.

Commentaires

Politique

Le wali de Tiaret fait licencier un enseignant-journaliste

Publié

le

Les walis en de véritables proconsuls en Algérie. Ils font et défend les carrières, selon qu’on soit pour eux ou contre eux. C’est le cas de Slimane Boudalia, journaliste pigiste à Echourouk qui vient de subir les foudres du wali de Tiaret, Bentouati Abdeslam.

M. Boudalia Slimane est père de trois enfants. Il a été licencié puis réintégré pour être ensuite licencié brutalement une nouvelle fois par la directrice de l’éducation de la wilaya de Tiaret.

Slimane Boudalia livre dans cette vidéo son modeste témoignage. Il s’exprime publiquement car l’arbitraire dont il a été personnellement victime est directement lié à son activité journalistique. Il espère ainsi alerter l’opinion, notamment les ONG et les défenseurs des droits de l’homme et de la liberté d’expression quant aux méthodes illégales employées en Algérie à l’encontre des journalistes, et ce, en toute impunité.

.

Continuer la lecture

Politique

Les plages sont squattées ! Que font les autorités ?

Publié

le

Comme à chaque début de saison estival, les autorités ressortent leur argumentaire arguant que les plages sont gratuites en Algérie. Mais comme chaque année, leurs affirmations sont très vite démenties par la réalité ! Entretemps ils disparaissent de la circulation. On ne les entend plus sur le sujet.

Comme les plages sont pour la plupart données en concession par les communes, les concessionnaires prennent leur aise et installent tables, chaises et parasols sur les endroits les plus emblématiques, ne laissant aux estivant que des portions congrues de sable.

Cerise sur le gâteau, ces concessionnaires font payer cher les chaises et parasols sans pour autant offrir le cadre, comme nettoyer les espaces, installer des cabines de change, des toilettes, etc.

Dans cette vidéo tournée à Boulimat on voit bien comment les concessionnaires se sont taillés la part du lion sur les plages.

Continuer la lecture

Politique

Ould Abbès ressort sa brosse à reluire pour Bouteflika

Publié

le

On commençait à s’ennuyer du silence de l’impayable Djamel Ould Abbès. Et le revoilà ! Il revient pour nous resservir avec sa meilleure brosse à reluire le parcours de « fakhamatouhou » Abdelaziz Bouteflika.

Sans honte ni retenue,  Djamel Ould-Abbès s’enflamme sur les «réalisations» du président Bouteflika pendant la Guerre de libération nationale, «du front intérieur au front extérieur». Mais lesquelles ? Les historiens les plus sérieux restent bouche bée devant les exploits de « Fakhamatouhou ». Mais l’inimitable cireur de pompe pousse le bouchon plus loin et parle même des exploits diplomatiques du président Bouteflika en Afrique. Là aussi, l’histoire diplomatique ne retient rien… Mais qu’importe ! Ould Abbès est là pour le dire.

Désormais la politique avec le SG du FLN et toutes les ailes du pouvoir en place devient burlesque.  Alors en rajouter c’est prendre nos lecteurs pour ce qu’ils ne sont pas, tant le ridicule ne tue plus en Algérie.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

Tags

Populaires