Connectez-vous avec nous

Mémoire

Le candidat Bouteflika : « Je n’aime pas les 99% »

Publié

le

C’était au siècle dernier. Précisément au lendemain d’une élection présidentielle » jouée d’avance. Le candidat tout fringant et manipulateur Abdelaziz Bouteflika venait d’être « élu » à « 74% » selon le taux officiel après le retrait des autres candidats à la présidentielles d’avril 1999.  Alors pour faire bonne figure, il fanfaronnait : « 74 % c’est quand même respectable ! » Puis dans un élan digne des grands démocrate, il lâche cette phrase qui s’avère une lamentable boutade : « Je n’aime pas les 99% !!! ». En fait le monarque Abdelaziz Bouteflika voulait dire le contraire.

L’homme était diablement charmeur. Il venait de convaincre les décideurs de l’armée de l’adouber. Pour le reste, la présidentielle n’était qu’une simple formalité ! 19 ans plus tard et au bout de quatre mandats chaotiques et mille milliard de dollars dépensés sans avoir relancé la machine économique, il s’accroche encore au pouvoir.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

Ecoutons la dernière fois que Bouteflika a parlé !!!

Publié

le

Depuis son AVC survenu le 27 avril 2013, le président Bouteflika ne parle plus en public.

Après plus de 80 jours passé à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce en France, il est revenu en Algérie. Grabataire, presque aphone, puisque ne s’adressant plus aux Algériens que par de mystérieux communiqués qui portent sa signature, il continue à se maintenir au pouvoir grâce à ses deux frères mais aussi et surtout à Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense qui lui doit tout ainsi qu’à une cour de serviteurs dont la seule obsession est de rester au pouvoir.

Dans les images que nous publions et qui sont montées par TF1, on entend à peine Bouteflika prononcer quelques bribes de phrases.

Mais cela semble suffir amplement aux yeux de Farouk Ksentini et de tous ses pairs pour demeurer président de la République

Continuer la lecture

Mémoire

Quand Bouteflika parlait de la capacité physique pour devenir président

Publié

le

Il y a exactement vingt ans, en 1999, lorsque Abdelaziz Bouteflika entamait son premier mandat, une journaliste française lui avait posé une question sur sa crédibilité en tant que président mal élu suite au retrait des six autres candidats en lice pour la présidentielle.

A l’époque Abdelaziz Bouteflika se portait comme un charme. Sûr de ses capacités, Abdelaziz Bouteflika avait répondu avec énergie qu’un candidat n’a pas le droit de se retirer qu’en cas « incapacité physique ».

20 ans plus tard, en 2019, ce même Abdelaziz Bouteflika se présente pour briguer son cinquième mandat alors qu’il est incapable même de prononcer une phrase pour annoncer sa candidature !

Il y a des leçons que l’histoire administre à l’homme que Bouteflika devrait retenir.

Continuer la lecture

Mémoire

Saïd Sadi parle du coup d’Etat de Houari Boumédiène en 1962 contre le GPRA

Publié

le

Pour l’ancien leader du RCD, les raisons de la crise multidimensionnelle qui touche l’Algérie remontent à 1962. Saïd Sadi affirme que tout a commencé avec le renversement du GPRA par la clique de Houari Boumdiène.

Pour lui, le régime politique algérien reste le même à ce jour. Il ne rate aucune occasion ces dernières années de parler avec détails de la confiscation de indépendance algérienne.

L’avis de Saïd Sadi est partagé par beaucoup d’opposants politique algériens.

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires