Connectez-vous avec nous

Actu

Les usines de montage de voitures algériennes jonglent avec les prix !

Publié

le

Les usines tournevis montées de toutes pièces par des magnats proche du clan au pouvoir font jaser. Ces concessionnaires automobiles « manipulent » les clients pour éviter les effondrements de prix. Alors que sur le marché, les prix s’enflamment, ces usines profitent de l’occasion pour faire les poches aux Algériens.

Concernant la SPA Renault production Algérie, la liste des prix des véhicules sortis d’usine mentionne que les Symbole en version essence (1.2 D12) et essence (1.6 D16) sont cédées respectivement à 1.140.778 DA et 1.376.653 DA, alors que la diesel coûte 1.607.614 DA, rapporte une dépêche APS.

La valeur de la Dacia Sandero stepway à moteur essence (1.6) vous en coûtera 1.346.414 DA, alors que celle à moteur diesel (1.5) coûte 1.490.373 DA.

Par ailleurs, les prix des voitures de type I10 grand, montées par la SARL Tahkout Manufacturing Company (TMC), varient entre 1.534.572 DA et 1.674.600 DA en fonction des versions essence ou diesel et aussi la puissance du moteur.

Les prix des deux versions de la I20, proposées par TMC, sont respectivement 1.950.000 DA et 1.970.000 DA, pendant que la Accent, montée dans trois versions différentes, coûte entre 1.752.349 DA et 1.902.349 DA.

Les deux versions de Elantra de TMC sont vendues à leur sortie d’usine à respectivement 2.520.000 et 2.670.000 DA, alors que la Creta coûte 2.610.242 DA en version 1.6 (GL TCI 6MT) et 2.760.242 DA en version 1.6 (GL TCI 6AT).

Tahkout Manufacturing Company fabrique, d’autre part, le véhicule Tucson en deux versions. La première est cédée pour la modique somme de 3.956.144 DA et la seconde 4.756.144 DA. La Santafe monté par cette même société coûte 4.974.132 millions DA.  S’agissant de la liste des prix des produits de la SPA GLOVIZ (KIA) indique que la nouvelle Picanto coûte entre 1.413.437 DA et 1.816.798 DA, la nouvelle RIO est cédée entre 1.889.235 DA et 2.348.511 DA, la Sportage varie entre 3.503.353 DA et 4.697.471 DA, alors que la Cerato coûte, en fonction de ses différentes versions, entre 1.906.116 DA et 2.623.744 DA.

La K2700 et la New K2500, produites elles aussi par la SPA GLOVIZ, coûtent respectivement 2.776.798 DA et 2.782.355 DA.

Ces prix sont ceux avancés officiellement mais en réalité, les potentiels acheteurs sont avertis, ils vont avoir des surprises puisque ces magnats se sont entendus sur les prix pour les tirer vers les hauts.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Descente de gendarmes sur les plages de Bejaia

Publié

le

Après l’assassinat d’un estivant par les « parkingueurs », les autorités se sont rappelés qu’il fallait mettre de l’ordre sur les plages, squattées depuis juin par des individus sans foi ni loi.

Il y a quelques jours, suite à des  instructions du ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, des unités de gendarmes ont effectué des contrôles sur quelques plages du littoral béjaoui. Objectif ? Interpeller les « parkingueurs » et les vendeurs de parasols qui pullulent sur les plages.

Il faut se souvenir que début août, Aissa Zoubir a été assassiné par un groupe de « parkingueurs » à coups d’armes blanches pour avoir refusé de leur payer une place de stationnement sur une aire qu’ils se sont appropriée.

Cette descente que les autorités se veulent médiatique aussi sera-t-elle pour autant poursuivie ou est-elle une opération de communication destinée à tromper l’opinion pour lui faire comprendre que l’ordre règne ?

Continuer la lecture

Actu

Reddition du chef terroriste malien Sultan Ould Badi à Tamanrasset

Publié

le

Le général de corps d’Armée, et ministère de la Défense, Gaid Salah, a annoncé le 12 août 2018 qu’un important terroriste malien s’était rendu à Tamanrasset. Ancien membre d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique), suspecté d’être responsable de l’enlèvement d’étrangers, lié au trafic de drogue dans la région, Sultan Ould Badi était le chef de la katiba Salaheddine, une katiba du groupe de l’Etat islamique dans le Grand Sahara. C’est cette katiba qui est suspectée d’être responsable de l’assassinat de civils dans la région de Ménaka. Depuis le début de l’année, un nombre record de terroristes s’est rendu à l’armée algérienne.

Sur la photo publiée par le ministère de la Défense, Sultan Ould Badi est de dos, à côté d’une table où sont alignés une kalachnikov, un fusil mitrailleur et des munitions.

Selon Alger, l’homme a rejoint les groupes terroristes en 2006. Dans le nord du Mali, il est connu comme l’un de ceux qui lient Aqmi et le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) au trafic de drogue, l’un de ceux qui sont responsables des premiers kidnappings d’étrangers.

Depuis décembre 2017, plus de 95 terroristes se sont rendus à l’armée algérienne, un nombre record, qui s’explique de plusieurs manières. D’abord, parce que la pression des opérations militaires et notamment de Barkhane est importante. Ensuite, parce que l’Algérie est le seul pays de la région à avoir un mécanisme de prise en charge de ces terroristes, via la charte de réconciliation nationale et parce que selon le média Middle East Eye, unaccord a été passé en juillet 2017 entre Alger, Bamako et Paris.

Cet accord, signé il y a un an, permettrait à ceux qui veulent se rendre, de ne pas être tués dans des frappes de l’opération Barkhane. La signature de cet accord a aussi un objectif, celui de collecter des renseignements pour aboutir à l’arrestation ou à la reddition des chefs de groupes, comme Sultan Ould Badi.

Il y a des accusations contre lui : qu’il faisait partie des réseaux de la drogue avant 2008-2009. Après cela, il était aussi associé à une milice, dirigée par l’actuel gouvernement de Taoudeni. Selon les témoignages, il a intégré plus ou moins les groupes jihadistes à partir de 2009,2010. Il a enlevé une Espagnole et, selon les autorités algériennes, il a fait partie de l’enlèvement de diplomates à Gao en 2012.

En 2013, il a fondé une milice spécifique et intégré le MUJAO, avant de se séparer de ces groupes là pour prêter allégeance à l’Etat islamique. Donc ça fait un parcours jihadiste assez marqué et ça fait aussi partie du terrain social de la région de Gao. C’est une figure assez importante, une figure terroriste qui prenait part à des attentats contre les forces internationales et aussi – plus récemment – contre les milice soit-disant pro-gouvernementales de la région du Ménaka et du Gourma, en particulier le Gatia et le Mouvement pour le salut de l’Azawad », explique Andrew Lebovich, chercheur associé au Conseil européen des relations internationales.

RFI

Continuer la lecture

Actu

Troubles à Djanet : trois jeunes tués par l’armée

Publié

le

La ville de Djanet (extrême sud de l’Algérie) a connu des troubles dimanche. Des manifestants, Touaregs essentiellement, ont caillassé des véhicules de l’armée. Selon plusieurs sources relayées par les réseaux sociaux, trois jeunes sont tués par les soldats de l’ANP au cours de ces heurts. A preuve ? Une réunion de concertation a eu lieu lundi matin entre des représentants de la société civile, le président de l’APC de Djanet des officiers supérieurs, des députés pour calmer les esprits.

Dans le pv de réunion, il est réclamé noir sur blanc la mise en place d’une commission d’enquête, la traduction devant les tribunaux des auteurs des trois meurtres, l’ouverture des points de passage aux frontières et la libre circulation pour les Touareg dans la région (voir ci-dessous).

Si nous savons, selon un communiqué du ministère de la Défense, que l’ANP a abattu un « contrebandier qui a refusé d’obtempérer » aux appels des soldats, nous ignorons s’il y a un lien entre les deux événements.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires