Connectez-vous avec nous

Actu

« L’Algérie est en meilleur état que la France », lance Abdelkader Zoukh

Publié

le

On aura tout vu dans ce pays ! Le wali d’Algérie, Abdelkader Zoukh, a sorti encore la brosse à reluire les chaussures de Bouteflika. Il estime que l’Algérie est en meilleur état que la France.  Grâce à qui ? A l’intelligence et la stratégie de Bouteflika. Qui a dit qu’on n’est pas dirigé par des guignols finalement ?

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Cinq généraux-majors privés de leurs passeports

Publié

le

Les premières explications des derniers limogeages commencent à s’ébruiter dans la presse. Cinq généraux-majors récemment débarqués de leurs postes sont au coeur d’une enquête, selon Alg24.

Il s’agit des généraux-majors Habib Chentouf (ancien commandant de la 2e Région militaire), Said Bey (ancien commandant de la 5e Région militaire), Abderrezak Cherif (1re région militaire), Menad Nouba (ancien patron de la gendarmerie) et Boudjema Boudouaour (directeur des finances au ministère de la Défense).

Selon ce site qui appartient à Ennahar, ces officiers supérieur ont fait samedi 15 septembre, l’objet d’une décision de retrait de passeport émise par le tribunal militaire. Le site nous apprend aussi qu’ils sont par ailleurs interdits de quitter le territoire national.

Continuer la lecture

Actu

Sidi Saïd atteint d’un cancer, mais ne veut pas quitter l’UGTA

Publié

le

A 69 ans, Abdelmadjid Sidi Saïd ne veut pas quitter le syndicat maison du pouvoir. SG de l’UGTA depuis 21 ans, Sidi Saïd a mis à l’index, dimanche à Alger ceux qui veulent semer « la zizanie » dans les rangs de l’UGTA, en s’attaquant en premier à sa personne en le donnant comme partant et retraitable, relevant n’avoir rien à cacher sur sa maladie, un cancer qu’il soigne actuellement.

« Il disent que je suis retraitable, partant et malade. Oui je suis malade et ce n’est pas une honte, j’ai un cancer que je soigne », a-t-il dit.

De fil en aiguille il s’en va pour citer les réalisations du président de la République Abdelazi Bouteflika, notamment la réconciliation nationale, la paiement par anticipation de la dette extérieure, l’officialisation de Tamazight et la consécration de Yennayar comme fête nationale. Vaste programme si l’on en croit l’inamovible chef de l’UGTA.

La presse est aussi priée de croire que l’Union générale des travailleurs algériens compte près de 3 millions d’adhérents au mois de septembre, selon le secrétaire général de la centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd.

Balayant la répression qui s’abat sur l’opposition et les violations des libertés syndicales, Sidi Saïd a appelé dans ce sillage « à préserver la démocratie et la lutte syndicale car elles représentent la base de tout le travail pour avoir ses droits, même si, a-t-il reconnu, les travailleurs rencontraient parfois des « difficultés ».

Par ailleurs, les dirigeants de l’UGTA ont adopté à l’unanimité une motion spéciale pour la création du « front populaire », en soutenant « la poursuite de l’oeuvre du moudjahid Abdelaziz Bouteflika qui a généré et générera encore des avancées majeures qu’elles soient économiques, sociales, démocratiques ou républicaines ».

L’UGTA « se déclare mobilisée autour de l’appel du président de la République à construire +le Front populaire solide+, pour contrecarrer autant toutes les man£uvres politiciennes et tentatives de déstabilisation de nos rangs par des interprétations erronées ou en opposition aux préceptes de notre religion que pour faire face de façon déterminée à tous les fléaux et en premier lieu la corruption et la drogue », peut-on lire dans la motion spéciale.

 

Continuer la lecture

Actu

La RN 43 reliant Bejaia et Jijel risque de disparaître

Publié

le

La RN 43 qui relie less wilayas de Bejaia et Jijel risque dans quelque temps de disparaître. La raison ? Les glissements de terrain qui érode chaque jour un peu plus cette route très fréquentée.

Sous l’effet de la pluie et du soleil, la route s’affaisse et le bitume cède, rendant la route très dangereuse. Notamment au niveau de l’entrée de Aouana.

Que font les responsables des autorités locales ? Ils préfèrent sans doute regarder le bleu de la Méditerranée que la route qui cède sous leurs voitures rutilantes, passant comme des bolides.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires