Connectez-vous avec nous

Actu

Le président Bouteflika au 1re Conseil des ministres de 2018

Publié

le

Le Conseil des ministres s’est réuni mercredi à Alger sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et a rendu public un communiqué dont voici le texte intégral :

Le président de la République, Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, a présidé ce jour, mercredi 14 mars 2018, correspondant au 26 Djoumada Athani 1439, une réunion du Conseil des ministres.

A cette occasion, le Conseil des ministres a d’abord examiné et adopté un projet de loi organique relative aux lois de finances.

Ce texte vise à mettre la législation en la matière, en concordance avec la Constitution qui dispose la promulgation d’une loi organique relative aux lois de finances. Il vise également à moderniser l’assise juridique du budget de l’Etat et à consolider la relation entre le Gouvernement et le Parlement sur ce même dossier.

Ainsi, le projet de loi organique en question prévoit la définition d’un cadre budgétaire triennal mis à jour chaque année, ce qui donnera plus de prévisibilité à la gestion du budget de l’Etat. Le même texte dispose que les différents départements ministériels élaboreront leurs besoins en crédits sur la base de programmes, ce qui permettra une meilleure appréciation des performances réalisées.

Parallèlement, le Gouvernement disposera, selon le projet de loi organique, d’instruments lui permettant de faire face à toute situation imprévue, notamment la possibilité de recourir aux décrets de rattachement de crédits ou même à l’élaboration d’une loi de finances rectificative en cours d’exercice.

Ce même projet de loi organique améliorera aussi la relation entre le Gouvernement et le Parlement autour du dossier du budget de l’Etat, ce qui ajoutera un surcroît de transparence dans la gestion des finances publiques.

Ainsi, le Gouvernement sera tenu à l’avenir de présenter au Parlement, dès le printemps, un rapport sur la conduite en cours des finances publiques. En outre, les délais de présentation de la loi de règlement budgétaire seront graduellement réduits d’un exercice antérieur de trois années actuellement, à un exercice antérieur d’une année seulement.

La mise en œuvre des dispositions contenues dans le projet de la loi organique portant loi de finances exigera d’importants préparatifs préalables. C’est pourquoi, ces nouvelles normes ne seront appliquées qu’à partir de 2022, pour la loi de finances de 2023.

Intervenant à la suite de l’adoption de ce projet de loi organique, M. le président de la République a relevé qu’il s’agira là d’une importante réforme pour la modernisation des finances publiques, une réforme qui viendra s’ajouter à la numérisation de l’Administration et du Service public ainsi qu’à l’approfondissement de la décentralisation, le tout constituant une part importante de la réforme de l’Etat mise en route depuis quelques années déjà.

Le Président Abdelaziz Bouteflika a instruit le Gouvernement d’entourer la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances de toutes les garanties nécessaires à son succès futur. Il a notamment insisté à cet effet sur l’important effort de formation et de recyclage que ce projet exigera au bénéfice des cadres et agents de l’Etat appelés à mettre en œuvre ces nouvelles dispositions.

Le Conseil des ministres a ensuite examiné et adopté un projet de loi amendant et complétant la loi de juillet 1963 fixant les fêtes légales.

Cet amendement est destiné à formaliser l’ancrage légal de l’inscription de Yennayer sur la lise des fêtes légales du pays.

Pour rappel, M. le président de la République avait décidé le 27 décembre dernier, en Conseil des ministres, de décréter Yennayer fête légale, décision qui a déjà été mise en œuvre le 12 janvier dernier par le ministère chargé du Travail.

L’adoption de ce projet de loi a également été l’occasion pour le Président Abdelaziz Bouteflika d’inviter également le Gouvernement à hâter la présentation au Parlement du projet de loi organique relatif à la création de l’Académie de la langue amazighe placée auprès du président de la République, sachant que ce projet de loi organique est déjà à un stade avancé de préparation.

Le Conseil des ministres a également examiné et adopté quatre décrets présidentiels portant approbation d’avenants à des contrats relatifs à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures.

Deux de ces avenants amendent des contrats conclus respectivement en 1992 et en 1998 par Sonatrach avec des associés étrangers et ce, en vue de proroger de cinq années la durée d’exploitation du gisement de Ourhoud et de celui d’In Amenas.

Un troisième avenant met à jour le contrat liant Sonatrach et Gaz de France pour tenir compte du changement de dénomination du partenaire sur le champ du Touat, devenu « GDF SUEZ ».

Enfin, le quatrième avenant adopté par le Conseil des ministres concerne un contrat de 2014, liant Sonatrach à ENEL, au terme duquel ce partenaire étranger cède la totalité de se parts sur le gisement de « Msari Akabli » à l’entreprise DRAGON OIL, la compagnie nationale conservant 51% des parts dans cette association.

Par ailleurs, le Conseil des ministres a adopté un décret portant déclassement de terres agricoles à l’effet de réaliser onze zones industrielles.

Cette procédure conforme à la loi sur les terres agricoles, libérera des terres domaniales de très faibles productivité agricole et d’ailleurs souvent inexploitées, pour la réalisation de onze zones industrielles respectivement à Didouche Mourad dans la wilaya de Constantine, M’Daourouch dans la wilaya de Souk Ahras, Ouled Gacem et Aïn M’lila dans la wilaya de Oum El Bouaghi, Boukadir dans la wilaya de Chlef, Tizi Ghenif et Draâ El Mizan dans la wilaya de Tizi Ouzou, Dirah dans la wilaya de Bouira, El Aricha dans la wilaya de Tlemcen, El Hassaine dans la wilaya de Mostaganem, et Bethioua dans la wilaya d’Oran.

Les zones industrielles en question font partie d’un ensemble de cinquante nouvelles zones industrielles à réaliser, afin de disséminer l’investissement dans toutes les contrées du pays et de répondre à la demande des investisseurs en fonciers.

Le Conseil des ministres a conclu ses travaux par l’examen et l’adoption de décisions individuelles de nomination et de fin de fonction à des fonctions supérieures de l’Etat.

APS

Commentaires

Actu

Vérités troublantes : les Anunnaki, les Sumériens et l’Homme

Publié

le

Cette chronologie est fondée sur plusieurs découvertes archéologiques: des artefacts, des écrits et monuments du passé qui ont été analysés par des experts et qui auraient été inventés par les Annunaki (en Sumérien: “ceux qui sont descendus des cieux”), une civilisation très sophistiquée d’une planète égarée de notre système solaire, et qui aurait colonisé le Golfe Persique il y a 432,000 ans.

A chaque fois que nous écrivons au sujet des vieux Annunaki, plusieurs lecteurs sont envahis d’une sensation très désagréable. Il y a ceux qui croient fermement en l’existence des Anunnaki et que leur arrivée sur Terre peut expliquer de nombreux témoignages que les savants traditionnels sont incapables d’élucider. Et il y a ceux qui croient que les anciens Anunnaki n’ont jamais existé, et que des civilisations très avancées n’ont jamais fleuri sur Terre.

Cependant, durant ces deux dernières années, un grand nombre de chercheurs sont en train de changer de méthodologie et commencent à aborder la chose en gardant l’esprit ouvert.

La théorie des anciens astronautes extraterrestres présuppose qu’il y a plusieurs milliers d’années de cela, avant même le début de l’histoire écrite de notre planète, plusieurs astronautes d’un autre monde ont rendu visite à la Terre. Ils étaient très intelligents et leur technologie surpassait de loin tout ce que nous connaissons et apprécions dans notre ère moderne. De nombreux archéologues du monde entier considèrent que l’Irak moderne est le «berceau de la civilisation.» Entre -3500 et -1900 avant JC, la rivière Tigre et l’Euphrate était le lieu de résidence du peuple Sumérien qui a prospéré dans cette région.

De nos jours quand nous lisons ou cherchons des informations sur les sumériens et les Annunaki, ou sur le peuple qui autrefois peuplait cette région désertique de notre planète, nous tombons sur l’auteur très controversé du nom de Zecharia Sitchin. En 1976, Sitchin a publié ses traductions personnelles des textes sumériens basés sur des manuscrits relatant des “Chroniques de la Terre”. D’après Sitchin, les tablettes d’argile décrivent une race extraterrestre inconnue du nom des Annunaki, qui est venue sur terre pour trouver de l’or. Sitchin suggère que les extraterrestres ont rendu visite à la Terre par le passé car leur planète a besoin d’or pour survivre. Lire la suite sur : www.nouvelordremondial

 

Continuer la lecture

Actu

Images du projet routier des gorges de Kherrata

Publié

le

Le projet est immense. Il s’agit de la modernisation de la voir routière qui traverse les célèbres gorges de Kherrata. Deux entreprises la turque Ozgün et l’ETRHB de la famille Haddad opère sur les lieux pour une enveloppe de 9 milliards de dinars. Mais le projet accuse un retard monstre. Il est victime du manque de matières premières notamment le rond à béton, a révélé un responsable de la société turque Ozgun à Dzair News, chaîne de télévision qui appartient au groupe Haddad.

Le projet de cette route sur 7,6 km et dont la construction remonte à la fin du 19e siècle devrait être livré en mars 2019. Mais, si l’on se fie à l’avancée des travaux il est fort à parier qu’il sera livré avec beaucoup de retard.

Continuer la lecture

Actu

Agression d’un petit sub-saharien : 2 individus arrêtés à Annaba

Publié

le

La vidéo de cet enfant violemment agressé par un individu à Annaba a soulevé un mouvement d’indignation sur les réseaux sociaux.

Depuis sa diffusion, deux personnes ont été arrêtées jeudi à Annaba dans le cadre de l’enquête déclenchée suite à une plainte contre X déposée par les services de la  wilaya d’Annaba dans l’affaire de l’agression d’un enfant sub-saharien, a appris l’Aps auprès de la cellule de communication de  la wilaya.

Les personnes appréhendées sont  l’agresseur et l’instigateur de cette agression, a précisé la même source, ajoutant que la personne qui a filmé cette scène de maltraitance de l’enfant a  été identifiée et « demeure activement recherchée ».

La plainte contre X a été déposée mercredi par les services de la wilaya suite à une  vidéo diffusée sur les réseaux sociaux  montrant un enfant sub-saharien se faire agresser par un adulte à la gare routière d’Annaba, rappelle la même source.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

Tags

Populaires