Connectez-vous avec nous

Actu

Le président Bouteflika au 1re Conseil des ministres de 2018

Publié

le

Le Conseil des ministres s’est réuni mercredi à Alger sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et a rendu public un communiqué dont voici le texte intégral :

Le président de la République, Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, a présidé ce jour, mercredi 14 mars 2018, correspondant au 26 Djoumada Athani 1439, une réunion du Conseil des ministres.

A cette occasion, le Conseil des ministres a d’abord examiné et adopté un projet de loi organique relative aux lois de finances.

Ce texte vise à mettre la législation en la matière, en concordance avec la Constitution qui dispose la promulgation d’une loi organique relative aux lois de finances. Il vise également à moderniser l’assise juridique du budget de l’Etat et à consolider la relation entre le Gouvernement et le Parlement sur ce même dossier.

Ainsi, le projet de loi organique en question prévoit la définition d’un cadre budgétaire triennal mis à jour chaque année, ce qui donnera plus de prévisibilité à la gestion du budget de l’Etat. Le même texte dispose que les différents départements ministériels élaboreront leurs besoins en crédits sur la base de programmes, ce qui permettra une meilleure appréciation des performances réalisées.

Parallèlement, le Gouvernement disposera, selon le projet de loi organique, d’instruments lui permettant de faire face à toute situation imprévue, notamment la possibilité de recourir aux décrets de rattachement de crédits ou même à l’élaboration d’une loi de finances rectificative en cours d’exercice.

Ce même projet de loi organique améliorera aussi la relation entre le Gouvernement et le Parlement autour du dossier du budget de l’Etat, ce qui ajoutera un surcroît de transparence dans la gestion des finances publiques.

Ainsi, le Gouvernement sera tenu à l’avenir de présenter au Parlement, dès le printemps, un rapport sur la conduite en cours des finances publiques. En outre, les délais de présentation de la loi de règlement budgétaire seront graduellement réduits d’un exercice antérieur de trois années actuellement, à un exercice antérieur d’une année seulement.

La mise en œuvre des dispositions contenues dans le projet de la loi organique portant loi de finances exigera d’importants préparatifs préalables. C’est pourquoi, ces nouvelles normes ne seront appliquées qu’à partir de 2022, pour la loi de finances de 2023.

Intervenant à la suite de l’adoption de ce projet de loi organique, M. le président de la République a relevé qu’il s’agira là d’une importante réforme pour la modernisation des finances publiques, une réforme qui viendra s’ajouter à la numérisation de l’Administration et du Service public ainsi qu’à l’approfondissement de la décentralisation, le tout constituant une part importante de la réforme de l’Etat mise en route depuis quelques années déjà.

Le Président Abdelaziz Bouteflika a instruit le Gouvernement d’entourer la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances de toutes les garanties nécessaires à son succès futur. Il a notamment insisté à cet effet sur l’important effort de formation et de recyclage que ce projet exigera au bénéfice des cadres et agents de l’Etat appelés à mettre en œuvre ces nouvelles dispositions.

Le Conseil des ministres a ensuite examiné et adopté un projet de loi amendant et complétant la loi de juillet 1963 fixant les fêtes légales.

Cet amendement est destiné à formaliser l’ancrage légal de l’inscription de Yennayer sur la lise des fêtes légales du pays.

Pour rappel, M. le président de la République avait décidé le 27 décembre dernier, en Conseil des ministres, de décréter Yennayer fête légale, décision qui a déjà été mise en œuvre le 12 janvier dernier par le ministère chargé du Travail.

L’adoption de ce projet de loi a également été l’occasion pour le Président Abdelaziz Bouteflika d’inviter également le Gouvernement à hâter la présentation au Parlement du projet de loi organique relatif à la création de l’Académie de la langue amazighe placée auprès du président de la République, sachant que ce projet de loi organique est déjà à un stade avancé de préparation.

Le Conseil des ministres a également examiné et adopté quatre décrets présidentiels portant approbation d’avenants à des contrats relatifs à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures.

Deux de ces avenants amendent des contrats conclus respectivement en 1992 et en 1998 par Sonatrach avec des associés étrangers et ce, en vue de proroger de cinq années la durée d’exploitation du gisement de Ourhoud et de celui d’In Amenas.

Un troisième avenant met à jour le contrat liant Sonatrach et Gaz de France pour tenir compte du changement de dénomination du partenaire sur le champ du Touat, devenu « GDF SUEZ ».

Enfin, le quatrième avenant adopté par le Conseil des ministres concerne un contrat de 2014, liant Sonatrach à ENEL, au terme duquel ce partenaire étranger cède la totalité de se parts sur le gisement de « Msari Akabli » à l’entreprise DRAGON OIL, la compagnie nationale conservant 51% des parts dans cette association.

Par ailleurs, le Conseil des ministres a adopté un décret portant déclassement de terres agricoles à l’effet de réaliser onze zones industrielles.

Cette procédure conforme à la loi sur les terres agricoles, libérera des terres domaniales de très faibles productivité agricole et d’ailleurs souvent inexploitées, pour la réalisation de onze zones industrielles respectivement à Didouche Mourad dans la wilaya de Constantine, M’Daourouch dans la wilaya de Souk Ahras, Ouled Gacem et Aïn M’lila dans la wilaya de Oum El Bouaghi, Boukadir dans la wilaya de Chlef, Tizi Ghenif et Draâ El Mizan dans la wilaya de Tizi Ouzou, Dirah dans la wilaya de Bouira, El Aricha dans la wilaya de Tlemcen, El Hassaine dans la wilaya de Mostaganem, et Bethioua dans la wilaya d’Oran.

Les zones industrielles en question font partie d’un ensemble de cinquante nouvelles zones industrielles à réaliser, afin de disséminer l’investissement dans toutes les contrées du pays et de répondre à la demande des investisseurs en fonciers.

Le Conseil des ministres a conclu ses travaux par l’examen et l’adoption de décisions individuelles de nomination et de fin de fonction à des fonctions supérieures de l’Etat.

APS

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Tou et Harrouabia, représentants de Bouteflika, ont été chassés de Khenchela

Publié

le

Décidément rien ne va plus pour le clan Bouteflika et ses plus fidèles partisans.

Aujourd’hui, mercredi, ce sont deux anciens ministres, Amar Tou et Rachid Harrouabia, représentants le candidat-président Bouteflika, qui ont été chassés par une foule de jeunes Khenchelis en colère.

Sous les cris Imazighens les deux porte-voix du président Bouteflika ont dû quitter les lieux sous une forte surveillance policière, comme on voit dans la vidéo ci-dessous.

On sait que mardi, dans la même ville une immense manifestation a eu lieu pour refuser le 5e mandat. Un immense poster de Bouteflika a été arraché du fronton de la mairie pour le trainer dans la boue.

Depuis plusieurs semaines, il n’y a plus un jour sans que les Algériens n’expriment leur refus d’un cinquième mandat de Bouteflika.

أحرار خنشلة يطردون عمار تو ممثل المترشح بوتفليقة dégage

Publiée par ‎Ici C'est L'Algérie /هنا الجزائر‎ sur Mercredi 20 février 2019
Continuer la lecture

Actu

Ligue des champions: Manchester City renverse Schalke in extremis

Publié

le

L’expérience a fait la différence ! Menés 2-1 jusqu’à la 85e minute, Manchester City réduit à 10 s’est imposé in extremis 3-2 à Schalke mercredi soir, après un match pourtant peu convaincant pour un candidat à la victoire en Ligue des champions.

Il a d’abord fallu une merveille de coup franc direct de Leroy Sané, l’ancien de Schalke, pour que Manchester City égalise à la 85e minute. Quatre minutes plus tard, la fusée Raheem Sterling profitait d’un mauvais placement de la défense pour donner la victoire au leader du championnat d’Angleterre.

Trois buts avaient été marqués en première période. Après l’ouverture du score par Agüero, Bentaleb avait réussi deux penalties pour Schalke.

En empruntant le tunnel de la Veltins Arena, représentant un couloir de mine, hommage de la Ruhr à son passé houiller, les stars de City ne s’attendaient probablement pas à devoir aller à ce point au charbon, contre une équipe 14e de la Bundesliga, qui lutte pour ne pas glisser vers la zone rouge de relégation.

Pep Guardiola, le coach de Manchester City, était sous pression. Le club a massivement investi pour se donner les moyens de gagner la compétition reine, et le Catalan, arrivé en 2016, est un élément clé de cet investissement. Mais il a échoué deux fois de suite à atteindre le dernier carré, éliminé dès les 8e de finale par Monaco en 2016-2017, puis par Liverpool, le rival honni, en quarts la saison dernière.

Supériorité individuelle

Avant le match, il avait dit les choses très simplement: « Nous devons montrer le charisme et la personnalité nécessaires pour nous imposer à l’extérieur sur la grande scène » européenne.

« Vous ne passez pas si vous n’êtes pas vous-mêmes et si vous ne jouez pas à votre meilleur niveau », avait ajouté l’ancien entraîneur de Barcelone et du Bayern Munich. « Si vous voulez rêver et passer les tours dans la phase de KO, vous devez imposer votre jeu ».

Il avait retenu pour ce faire une équipe sans surprise, laissant sur le banc au coup d’envoi le feu follet allemand Leroy Sané, pour aligner l’attaque de tontons flingueurs qui avaient éparpillé Chelsea 6-0 « façon puzzle » en Premier League début février: Sterling-Agüero-Bernardo Silva, sous la baguette du chef d’orchestre Kevin De Bryune.

Les Citizens n’ont même pas eu besoin de forcer leur talent pour ouvrir le score, Sergio Agüero profitant d’une grossière erreur de relance du gardien Ralf Fährmann dès la 18e minute.

Mais Schalke a repris l’avantage avant la pause grâce à deux pénalties transformés par Nabil Bentaleb (38e et 45e). Sur le premier, le jeu a été arrêté cinq bonnes minutes, le temps que l’assistant vidéo convainque l’arbitre que le tir de Caliguiri avait bien été dévié de la main par Otamendi. M. del Serro Grande a finalement accordé le pénalty sans même aller consulter son écran de contrôle.

En seconde période, les Citizens ont longtemps poussé, tenté, frappé. En vain. Pire, ils n’ont pas été vraiment dangereux, tous leurs tirs lointains étant non cadrés, ou détournés par des défenseurs (De Bruyne, 47e, 74e, Agüero 52e, Bernardo Silva 77e).

L’exclusion de Nicolas Otamendi à la 68e minute pour un deuxième carton jaune aurait pu les condamner. Mais à dix, ils ont fait valoir leur supériorité individuelle, et retourné un match qui leur avait échappé pendant longtemps. AFP

Continuer la lecture

Actu

Très forte hausse de la facture d’importation des collections CKD

Publié

le

La facture d’importation des collections CKD destinées à l’industrie de montage des véhicules de tourisme a atteint près de 3 milliards de dollars en 2018 contre 1,67 milliard de dollars en 2017, a appris l’APS auprès du Centre national des transmissions et du système d’information des Douanes (Cntsid).

Ainsi, les importations des collections CKD des véhicules de tourisme (classés dans le Groupe des Biens de consommation non alimentaires) ont augmenté de plus de 1,32 milliard de dollars, soit une hausse de 79,23% par rapport à 2017.     

Cette tendance haussière a également touché les importations des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises et de leurs collections CKD avec une facture de 732,14 millions de dollars en 2018 contre 521,22 millions de dollars en 2017.

Les importations des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises et des collections CKD de cette catégorie de véhicules (classés dans le Groupe des Biens d’équipement) ont ainsi connu une hausse de l’ordre de 211 millions de dollars (+40,5%).

Ainsi, la facture globale d’importation des collections CKD destinées à l’industrie de montage de ces deux types de véhicules et l’importation des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises (produits finis) s’est chiffrée à plus de 3,73 milliards de dollars en 2018 contre 2,2 milliards de dollars en 2017, en hausse de 1,53 milliard de dollars (+70%).

Concernant les importations des parties et accessoires des véhicules automobiles (pièces détachées pour les véhicules d’occasion…), elles ont baissé à 374,6 millions de dollars contre 416,23 millions de dollars, soit une baisse de 41,65 millions de dollars (-10,01%).

En outre, les importations des pneumatiques neufs en caoutchouc se sont chiffrées à 147 millions de dollars en 2018 contre 123,62 millions de dollars en 2017 (+19%).

Pour rappel, l’industrie de montage local des véhicules de tourisme a réalisé une production de 180.000 véhicules en 2018 contre 110.000 en 2017, en sus de la production de 4.500 véhicules industriels en 2018. APS

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires