Connectez-vous avec nous

Actu

Des soldats américains opéreraient-ils en Algérie ?

Publié

le

Le New York Times et Washington Post ont révélé la présence de soldats américains en Algérie. Ainsi le New York Times rapporte qu’au cours de l’audience du général Thomas D. Waldhauser du mardi 6 mars devant le Comité des forces armées, Joe Courtney, un député démocrate du Connecticut, a rappelé que les troupes américaines en Algérie, au Tchad, en Égypte et au Kenya recevaient déjà cette prime. La révélation n’a jamais été confirmée ni par les Algériens ni par les Américains.

Même si les autorités algériennes gardent le silence sur la question. Pour autant pourquoi des soldats américains opéreraient-ils en Algérie ? Objectivement il n’y a aucune raison on connaît la maîtrise de la situation sécuritaire par l’armée nationale.

Le général à la retraite, Abdelaziz Medjahed, cité par le quotidien arabophone Echorouk, pense que les soldats américains présents en Algérie cités par le quotidiens américains seraient ceux travaillant au sein de l’ambassade américaine en Algérie. L’ancien général, précisant que le champ d’action de ces militaires est en revanche réduit à l’intérieur de l’édifice de l’ambassade. Ce qui ne répond pas à la question et au sujet révélé par les deux quotidiens américains. Il y a quelques années, il était en effet question de la construction d’une base américaine dans les environs de Tamanrasset. Mais rien n’a filtré depuis.

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Amir Dz destabilise Anis Rahmani, patron d’Ennahar Tv

Publié

le

« Harrag vous fait peur ! »… L’activiste sur les réseaux sociaux Amir Dz a posté une vidéo vendredi 12 octobre dans laquelle il revient sur les derniers développements dans sa guéguerre avec Anis Rahmani, le patron du groupe médiatique Ennahar Tv.

« Le pays a mobilisé tous ses moyens pour me traquer », tonne l’activiste Amir Boukhors. Celui-ci démonte les dernières accusations avancées par Anis Rahmani à travers ses moyens médiatiques. L’activiste nargue le patron d’Ennahar. « Interpol ne me cherche pas, je n’ai rien fait, tous les autres que vous avez  dit arrêtés c’est du vent… »

Amir Dz décortique les derniers développements comme l’arrestation du journaliste d’Ennahar Tv et tous les soubresauts qui agitent les différents du pouvoir. Le verbe haut, il révèle qu’Anis Rahmani finira dans la poubelle de l’histoire.

 

Continuer la lecture

Actu

L’artiste Zainab Fasiki clame sa liberté sexuelle et brise les tabous

Publié

le

L’artiste marocaine Zainab Fasiki ne cache pas ses convictions. A 24 ans seulement, elle affiche sa pleine liberté. Celle d’une femme qui refuse la cage religieuse et assume sa condition. Expatriée à Paris, elle s’affirme contre les discours religieux qui font de la femme la moitié, voire la chose de l’homme. Sa série de bande dessinée Hshouma, appuyée par un site internet, fait craquer les armures des tabous liés au genre, à l’éducation sexuelle, aux violences faites aux femmes. Cette dessinatrice a une très haute idée de l’injustice subie par ses compatriotes, alors elle se veut à l’avant-garde de la lutte pour les droits des femmes.

Avec son verbe cru, Zainab Fasiki tranche radicalement avec les convenances culturelle et religieuse.

Continuer la lecture

Actu

Son journaliste libéré, Ennahar poursuit en justice les services de renseignement

Publié

le

Enlevé dans la matinée devant le siège d’Ennahar, le journaliste Smail Djerbal a finalement été relâché dans avant midi. La scène a été filmé par les caméras de surveillance du groupe de presse.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Anis Rahmani, le patron du groupe Ennahar Media, a annoncé sur son fil twitter qu’il avait déposé une plainte contre les services de renseignement que dirige le puissant général-major Athmane Tartag. Anis Rahmani qu’on ne peut soupçonner d’une quelconque volonté d’opposition loue, au passage, l’indépendance de la justice qu’il qualifie d' »indépendante » (voir ci-dessous.

Le fait est unique dans les annales du pays. Un responsable d’un groupe de presse qui sert de courroie de transmission au clan au pouvoir qui s’en prend à l’un des segments du pouvoir. Tout observateur sérieux aura peine à croire au sérieux de l’accusation. Déjà certains voient dans cette affaire, comme une campagne pour réhabiliter le groupe Ennahar dont la réputation est largement entamée. Autrement comme explique qu’Anis Rahmani qui a prospéré à l’ombre du DRS et ses démembrements puisse aujourd’hui mordre la main qui l’a fait et nourrit ?

Wait and see.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires